Parmi les nombreux tests effectués à la naissance, il en existe un particulièrement complet, mis au point par le célèbre pédiatre, le docteur Brazelton, longtemps responsable du service de pédiatrie de l’hôpital pour enfants de Boston. Son test se pratique à tout
moment, dès la naissance et jusqu’à la fin du premier mois. De nombreux tests servent à évaluer l’état neurologique du bébé qui vient de naître. L’objectif essentiel a été d’aider les parents à s’adapter à leur nouveau-né et à leur fournir très vite des indications sur la meilleure façon de le soigner en fonction de sa personnalité déjà perceptible. Celui du docteur Brazelton utilise tout particulièrement les compétences précoces du nouveau-né. Il a mis au point une échelle de développement, utilisée partout dans le monde… sauf en France.

S’adapter au monde

Ce test répond en effet aux questions suivantes : quel est le mode d’interaction du bébé au monde environnant? Comment s’adapte-t-il? Cherche-t-il naturellement à se protéger
face à un excès de stimulations visuelles ou auditives? Trouve-t-il spontanément la paix en cherchant son pouce ou en tournant sa tête en direction de la voix apaisante de sa mère?
Se montre-t-il volontiers coopératif lors des diverses manipulations pratiquées au cours de ce test (on tire sur ses bras pour l’amener en position assise, on le prend dans les bras, on le maintient verticalement en position de marche)? Sait-il se faire comprendre de ses parents quand ils le tiennent dans une position confortable ou non ? Quels moyens utilise-t-il pour montrer qu’il voit et qu’il entend, et que les stimulations visuelles et auditives qu’il enregistre lui plaisent ou lui déplaisent? Bref, ce nouveau-né est-il apte à participer pleinement aux activités que l’adulte attentif lui propose et à en tirer des enseignements?

Comment réagit-il?

Après avoir vérifié que le nouveau-né voit et entend bien, on contrôle sa capacité à se protéger des perturbations de son environnement au cours de son sommeil. L’examen est pratiqué avec une petite lampe que l’on braque sur ses paupières closes. Le premier mouvement du bébé est de sursauter. Puis, devant la répétition de ce geste, l’enfant i
sursautera de moins en moins, s’habituera, et enfin ne bougera plus. Cette réaction d’accoutumance prouve la bonne santé du bébé et un système nerveux parfait. Le même test sera pratiqué sur le plan auditif à l’aide d’un hochet puis d’une petite clochette, afin de vérifier sa capacité auditive. De même, il répétera une dizaine de fois son geste pour contrôler la capacité du nouveau-né à s’abstraire du dérangement sonore.
Autre phénomène fréquemment examiné, les pleurs et la capacité à les calmer. Quand un nouveau-né pleure, il essaie de se tourner sur le côté, d’étendre un bras, puis de le replier pour le ramener vers sa bouche. Généralement, le bébé réussit seul à prendre cette position  calmante, mais certains enfants ont besoin d’assistance. Il existe des gestes qui vont l’aider à retrouver son calme. On commencera par murmurer avec insistance des paroles apaisantes à son oreille. À leur écoute, l’enfant portera sa main à sa bouche. Si la voix n’est pas suffisante, le médecin saisira les bras du bébé qu’il maintiendra croisés sur sa poitrine pour briser le cycle pleurs-soupirs; la pression physique accompagnée de l’exhortation vocale aura souvent raison de l’accès de larmes. Le médecin a aussi à  sa disposition une troisième manœuvre: il prend l’enfant dans ses bras et le cajole doucement pour guider sa main vers sa bouche.

La manière dont l’enfant réagit à ces tests permet d’établir une échelle de degrés d’assistance dont il aura besoin pour sortir de ses crises de pleurs. Ainsi, même si le médecin conclut que le bébé qu’il
est en train de tester n’est pas du genre « facile », il pourra rassurer les parents en leur montrant les gestes qui viennent à bout de son inquiétude.

Répondre à ses besoins

Le test de Brazelton comporte aussi 28 points pour évaluer le tonus musculaire et la qualité des réponses du bébé aux stimulations physiques. Ce sont des réflexes de marche automatique, la stimulation de la voûte plantaire, l’accompagnement de la tête dans le mouvement couché-assis. On observe si l’enfant participe vigoureusement, s’il passe facilement du sommeil à l’éveil et inversement. Enfin, son rythme de fatigue est également noté.
Toutes ces données, rassemblées et cotées, fournissent des indications précises et fiables quant au type de bébé que le nourrisson promet de devenir au cours des premiers mois de sa vie. Ainsi renseignés, les parents sauront mieux comment répondre à ses besoins sur les plans physique et affectif.



fecondation, fécondation in vitro, placenta, foetus 4 mois, foetus 1 mois, attendre bebe, evolution foetus, foetus de 7 mois en image, appareil genital feminin fecondation, attendre un bebe.