L’amour mère-enfant est une longue histoire. Il est souvent facile de prendre bébé dans ses bras, de l’allaiter, le baigner, le langer et jouer avec lui. Bien des mères éprouvent ainsi les premières bouffées d’amour maternel. Mais cet amour doit plonger ses racines très profondément pour parvenir à un véritable épanouissement. Ce lien est déjà une vieille histoire pour la femme. Dès qu’elle souhaite è\
mère, elle va désirer l’enfant. Enceinte, elle commence à édifier son amour avec lui.
Elle retrouve en elle les conditions de son propre accueil, et les relations d’amour qu’elle a entretenues autrefois avec sa mère prennent une grande importance. Même si l’on pense aujourd’hui que des prémices de liens s’installent in utero grâce à une communication précoce, c’est à la naissance que tout se joue.

Dès la naissance

L’amour de l’enfant pour sa mère n’a pas les mêmes fondements. Il attend, lui, que sa mère enseigne l’amour et il va tout lui donner pour y parvenir. Des relations privilégiées vont s’établir entre eux dès la naissance.
La réussite de l’accouchement est une étape primordiale, mais la rencontre du bébé imaginé et du bébé réel l’est plus encore.
Plus l’image du premier se superpose à la seconde, mieux s’établit la relation affective.
Et le plus étonnant s’accomplit; le bébé va séduire sa mère.
Il vagit, il sourit, il fixe son regard et la mère fond de tendresse. Elle l’examine à loisir et prend conscience de toute la réalité de son enfant.

Un sourire communicatif

Ce n’est que le début de l’idylle. Le bébé va aussi commencer à gazouiller et tenter de sourire. Les moyens de communication d’un nourrisson avec le monde sont limités.
L’un des plus précoces est le sourire, il ressemble plus souvent à un rictus qu’à un sourire,
Aussi, pense-t-on que beaucoup de réflexes archaïques sont peut-être des manifestât de l’attachement primordial du nourrisson pour sa mère.
Pour en être persuadé, il suffit de voir le bébé sur le ventre de celle-ci quelques secondes après la naissance: il va ramper jusqu’à elle pour enfouir son nez dans son sein ou grimper jusqu’à son visage.

Le langage des gestes

L’enfant, dès le début de sa vie, répond à sa manière. Il sait, par ses cris et par ses mouvements manifester son plaisir, son approbation, tout comme son déplaisir ou son opposition. Il agite frénétiquement les bras ou les jambes comme pour dire « prends-moi », il glousse pour  le regard de l’adulte. À l’inverse, il est capable, très jeune, de se détourner, de fuir un regard, s’il se sent mal compris. La relation mère-enfant, père-enfant, est essentiellement entretenue par le langage. Langage des mots, mais aussi des gestes, du corps, de la musique. « Tout est langage »  a écrit Françoise Dolto. Si le besoin d’attachement est inné, le choix de l’objet d’attachement, la mère dans 70 % des cas, est le fruit d’un apprentissage plus ou moins long.  L’enfant ne crée pas seul cet « objet d’attachement » : il ne cristallisera cet amour particulier qu’après de longs échanges avec elle, mais aussi avec ceux qui l’entourent. Quand un bébé regarde sa mère, il la regarde en train de le regarder. Il se produit alors un jeu de miroir infini.

Pour René Zazzo, psychologue français, toute relation d’amour est construite sur l’échange. Le bien-être obtenu par les soins de la mère et par le contact peau à peau avec elle, pousse le nouveau-né à s’attacher plus étroitement au corps maternel.
La mère, en réponse, l’étreint toujours un peu plus, l’aime davantage, lui témoigne en permanence de l’intérêt et flatte son narcissisme, il est beau, il est gentil. Il manifeste alors à son tour son affection, il sourit, il recherche le contact.
Au fil des jours, de satisfactions en petits bonheurs quotidiens, les liens vont se tisser, de plus en plus forts. Mais l’attachement, comme tout amour, traverse des hauts et des bas. Certains jours, bébé est indifférent, d’autres jours, sa mère ne se sent pas disponible.



fecondation, fécondation in vitro, placenta, foetus 4 mois, foetus 1 mois, attendre bebe, evolution foetus, contraception, attendre un bebe, placenta schéma.