Un temps pour préparer la naissance



Généralement, vous trouvez que le congé de maternité tombe bien : vous êtes fatiguée, vous vous sentez de plus en plus lourde et les transports quotidiens vous deviennent pénibles. Vous arrêter est un véritable soulagement. Enfin, vous allez pouvoir penser à vous et à lui, votre futur bébé. Plus les conditions de travail sont pénibles, plus les futures mamans apprécient ce temps de repos. Mais pour certaines d’entre elles, ce n’est pas si simple.
Elles se sentent tout à coup seules, leur conjoint travaille et les journées semblent longues à la maison. Certaines disent même être envahies d’idées noires, et vont, parfois, jusqu’à déprimer.
Quant à celles qui sont cadres, s’arrêter est souvent un handicap professionnel, tout comme pour celles qui exercent une profession libérale.

Un repos mérité 

Pourtant ce congé est indispensable pour la santé de la mère et de l’enfant. Il est d’abord un facteur important dans la lutte contre la prématurité et aide aussi au bon développement du bébé au cours des dernières semaines de gestation. Bruit, agitation, fatigue entraînent parfois une perturbation des échanges placentaires, cause de retard de croissance intra-utérine.
Enfin, ce repos prépare le corps à l’épreuve de l’accouchement, et c’est une maman en pleine forme qui accueille son bébé. Les quelques semaines avant la naissance laissent tout le temps à la future maman de penser à elle, à son nouveau statut, de réfléchir au nouvel équilibre de son couple et, bien sûr, de s’organiser pour le moment où elle devra reprendre son travail.
Le congé postnatal aura aussi cette fonction, mais il prendra toute sa valeur sur le plan des relations mère-enfant. Il permettra à la mère et au bébé de faire connaissance afin d’établir entre eux des liens affectifs forts qui aideront, quelques semaines plus tard, à leur séparation.

Les congés supplémentaires

Généralement, les jeunes mamans ne voient pas le temps passer et aimeraient faire durer ces instants. D’ailleurs, plus de la moitié d’entre elles prolongent leur congé de 2 à 4 semaines, en utilisant ce que la loi a appelé « les congés supplémentaires pour suites de couches pathologiques », et elles l’allongent même parfois encore de quelques semaines en puisant dans leur réserve de congés payés. Pourtant, certaines d’entre vous vont vivre ce congé, postnatal difficilement après les premières semaines. Les plus actives sont celles qui, généralement, sont aussi les plus pressées de reprendre une activité. Ce sont elles aussi qui souvent culpabilisent, tiraillées entre l’image de la « bonne mère » et celle de la femme responsable et autonome.

Ne pas être débordée après!

Pensez à organiser vos placards. Un bébé prend beaucoup de place…
dans les armoires!
C’est le moment des bricolages indispensables, une étagère par-ci,
une planche pour dédoubler un placard par-là. Prévoyez aussi une
place pour tous les produits de toilette courants.
Suivant la taille de votre appartement, vous préférerez peut-être tout
installer dans la chambre de bébé ou prévoir un petit coin pour sa toilette dans la salle de bains.
Pensez encore à votre organisation future, quand bébé sera là, vous
nsquez d’être prise au dépourvu.  Alors que maintenant vous avez le temps de rechercher les commerçants qui livrent à domicile, de trouver une femme de ménage ou une personne qui se charge du repassage, de changer lave-linge s’il est trop petit, d’acheter un sèche-linge car, avec l’arrivée bébé, les lessives seront quasi quotidiennes, etc.

Dans votre carnet de maternité

Votre carnet de maternité comporte une fiche travail grossesse avec, notamment, une grille qui vous permet de mesurer la pénibilité de votre travail. À chaque question est attribué un score qui évalue la fatigue.
Au-dessus de trois points, votre métier est considéré comme pénible. Vous pouvez alors demander un changement de poste ou un arrêt de travail anticipé.
Ce questionnaire vous permet de faire le point sur
– les heures de travail;
-votre posture;
– le travail sur machine;
– le bruit;
– la répétitivité des tâches;
– les charges soulevées.

 

 



fecondation, fécondation in vitro, placenta, foetus 4 mois, foetus 1 mois, attendre bebe, evolution foetus, attendre un bebe, contraception, placenta schéma.