Un repos bien mérité



Si vous êtes salariée, voici venu le temps du congé de maternité. Il est obligatoire et fixé, quel que soit l’emploi, à 6 semaines avant la date prévue pour l’accouchement et à 10 semaines après celui-ci.
Pour une troisième grossesse, l’arrêt de travail débute 8 semaines avant la date présumée de l’accouchement et se poursuit 18 semaines après.

Gérer ses congés

Vous pouvez anticiper votre départ du travail de 2 semaines, mais votre congé parental est alors réduit d’autant. Si vous prenez votre congé de maternité plus tard, vous n’aurez pas la possibilité de le rattraper après la naissance.
En cas de grossesse dite pathologique, le médecin peut juger que, dans l’intérêt de la santé de la future maman et du bébé, le congé prénatal doit être avancé de 2 semaines.
S’il y a naissance de jumeaux, le congé prénatal est de 12 semaines et le congé postnatal de 22 semaines.
Si votre accouchement a eu lieu plus tôt que prévu, votre période de repos est prolongée d’autant. Si votre accouchement a eu lieu plus tard que prévu, la durée de votre congé, postnatal sera maintenue. Les indemnités au cours de l’arrêt de travail représentent généralement 84 % du salaire. Mais certaines conventions collectives ont négocié une indemnisation totale, soit 100 % du salaire.

Sous la protection de la loi

La future maman qui travaille est protégée par la loi. Elle ne peut être licenciée de la conception de l’enfant à sa naissance soit, pour la loi, 16 semaines après l’accouchement d’un premier ou d’un second enfant; au troisième, le délai est porté à 26 semaines. Cette règle a cependant quelques exceptions:

  • Si la future maman est à la recherche d’un emploi, il est interdit à l’employeur de prendre en considération sa maternité pour refuser l’embauche. Elle n’est d’ailleurs pas tenue de l’aven de sa grossesse au moment de l’entretien d’embauché.
  • Aucune mutation d’emploi ne peut être faite sans raison médicale, elle pourra de toute manière n’être que temporaire et sans diminution de salaire.

Certaines conventions collectives, notamment dans la fonction publique et les hôpitaux publics, prévoient la diminution du temps de travail de toute future maman à partir du 3e et ce sans modification de salaire.

La loi et vos aménagements

Malgré la législation concernant les congés de maternité, certaines femmes ne prennent aucun congé. Une enquête, faite par le ministère du Travail en 1990, révèle que 34 % des ouvrières, 60 % des cadres supérieurs et 90 % des femmes non salariées n’ont pas pris ces congés en théorie « obligatoires ».
Une autre enquête, cette fois menée par l’INSERM (Institut national de la Santé), nous en dit plus sur les us et coutumes dans le monde du travail:
– 6 % des femmes ont un arrêt maladie précoce les conduisant à interrompre leur travail avant la fin du 3e mois de grossesse;
– 67 % des femmes salariées ont eu, au moins, un arrêt maladie au-delà du 3″ mois, et la durée moyenne de ces arrêts maladie est de 5,2 semaines;
– 73 % des femmes non salariées (professions libérales, commerçantes, agricultrices), contre 6 % des salariées, ont débuté leur congé prénatal moins de 6 semaines avant la date présumée de l’accouchement et 23 % l’ont même débuté dans la semaine précédant l’accouchement;
– 41 % des femmes salariées ont bénéficié d’une réduction quotidienne du temps de travail;
– 8 % seulement des futures mamans ont eu la possibilité (comme la loi l’autorise) de changer de poste.
Et malgré la loi protégeant les femmes enceintes, l’enquête révèle que:
– 2 % d’entre elles sont licenciées pendant leur grossesse (sont touchées en priorité les ouvrières et les employées de commerce);
– 5 % des femmes engagées avec un contrat à durée déterminée ont vu, en raison de leur grossesse, leur contrat de travail non renouvelé;
– 38 % des femmes considèrent que leur état de grossesse leur a nui dans leur vie professionnelle.

L’ordinateur accusé à tort

Il fait de travailler toute la journée devant l’écran d’un ordinateur est-il un danger pour votre grossesse?
On accuse les faibles doses de radiations qu’émet cet appareil d’être à l’origine de fausses couches et de mal-formations. Pourtant toutes les études scientifiques réalisées aujourd’hui aboutissent à la même conclusion: Il ne semble pas que les radiations émises soient la cause de ces difficultés. Seuls les problèmes de vision, tels pue fatigabilité, rougeurs, larmoiement sont à mettre sur le compte de l’ordinateur.

Dans l’administration

La convention collective des 160 000 femmes titularisées qui travaillent aux PTT prévoit qu’à partir du 3e mois de possesse la future maman bénéficie de 1 heure de travail en mois par jour et de 1 heure et demie à partir du 6e mois.
Dans la région parisienne, les femmes enceintes peuvent se faire nommer sur des postes moins fatigants ou dans un service plus proche de leur domicile et revenir ensuite alleur ancienne affectation. Celles qui allaitent ont droit à l’heure et demie de travail en moins par jour jusqu’au 12e mois qui suit l’accouchement. Généralement, les fonctionaires ont droit à une réduction de 1 heure de travail.

 



fecondation, fécondation in vitro, placenta, foetus 4 mois, foetus 1 mois, attendre bebe, evolution foetus, foetus de 7 mois en image, appareil genital feminin fecondation, attendre un bebe.