Un phénomène physiologique et…psychique



Comme la majorité des mères, vous avez choisi d’allaiter, et la première mise au sein s’est faite en salle d’accouchement. En effet, cette pratique est unanimement reconnue comme indispensable à l’installation d’une bonne lactation, le bébé étant le meilleur
stimulateur de la montée de lait De plus, on sait que ce geste est important dans l’instauration d’une relation affective forte entre la mère et son bébé. La plupart des jeunes mamans allaitent au moins les premières semaines qui suivent la naissance. La repnse de l’activité professionnelle est le plus grand frein a une prolongation de cette pratique, surtout s’il s’agit d’un premier enfant. Peu déjeunes mamans savent qu’il existe des lois permettant d’adapter son temps
de travail lorsqu’on allaite.

Mise en place de la lactation

Allaiter a des côtés fort pratiques: pas de biberon à préparer, pas de soucis de diététique infantile; mais cela demande souvent volonté et persévérance, surtout dans le cas d’une première expérience. Certes, les troubles de la lactation sont relativement fréquents, mais tous trouvent une explication (tout au plus 15 % de femmes en France souffriraient d’hypogala primaire, c’est-â-dire qu’elles ne peuvent pas produire de lait). Bien des causes simples peuvent être à l’origine d’une production insuffisante de lait. Elle peut être due à la paresse
du nourrisson qui ne tète pas assez fort ou encore à sa mauvaise position. Pour que la succion ait toute son efficacité, il faut que l’enfant tète « à pleine bouche », l’aréole du sein devant est entièrement dans sa bouche. Certaines femmes craignent de ne pouvoir allaiter car elles estiment que leur poitrine est trop menue.
C’est la capacité de la glande mammaire qui importe, l’épaisseur du tissu adipeux ne jouant aucun rôle. Autre vieille croyance: penser que son lait est trop clair. Le lait maternel définitif produit vingt jours environ après le début de la lactation. Le premier lait est clair, légèrement bleuté, et sa saveur à peine sucrée est parfaitement adaptée aux besoins de l’enfant.

Aucune obligation

Cependant, certains problèmes d’allaitement sont dus au psychisme de la mère. Ainsi, certai refusent l’allaitement, considérant leurs seins comme un symbole de leur sexualité. Elles peur que les tétées successives n’abîment leur poitrine. Pour d’autres, c’est l’acceptation
l’enfant qui est difficile. Elles ont l’impression d’être dévorées. Entrent également en com les réactions de l’entourage, et en premier lieu celles du mari. De toute façon, il n’y a auc raison de se forcer à allaiter.

L’engorgement mammaire

Le mamelon, largement innervé, est très sensible, et le bébé y exerce une forte pression qui le rendra particulièrement douloureux, surtout pendant 3 ou 4 jours. C’est seulement au bout d’une certaine période que le mamelon se fait; les tétées deviennent alors moins désagréables. Attention, cette hypersensibilité peut être cause d’engorgement: la mise au sein étant pénible, la mère fait téter son enfant moins longtemps et moins souvent. C’est d’ailleurs souvent pour elle source d’angoisse, ce qui a pour conséquence de diminuer
l’ocytocine, l’hormone responsable de l’excrétion du lait, fout est donc en place pour favoriser un engorgement.
Il est encore recommandé, tant que la lactation n’est pas bien installée, d’allaiter avec les deux seins à chaque tétée, particulièrement les femmes qui ont beaucoup de lait, de
façon à prévenir tout engorgement. La technique consiste à laisser l’enfant vider un sein avant de lui donner un peu de l’autre. À la tétée suivante, le bébé commencera par ce dernier. Souvent, bien des engorgements mammaires sont dus à une contrariété ou à une angoisse. Détendez-vous le plus possible dans la position suivante : couchée sur le côté, la tête légèrement surélevée par l’oreiller, une
jambe pliée servant d’appui, l’autre étendue.

Comment le reconnaître

La mère qui allaite doit savoir reconnaître les premiers signes d’engorgement: les seins se tendent, durcissent et deviennent douloureux. La meilleure prévention est encore la tétée complète et fréquente durant les premiers jours. Si l’enfant ne vide pas complètement les seins à chaque tétée, il faut le faire manuellement en appuyant doucement sur le sein les deux mains bien à plat, en effectuant la pression du thorax vers le mamelon. Si ce massage ne suffit pas à extraire le lait, il faut le répéter sous une douche chaude.

 



fecondation, fécondation in vitro, placenta, foetus 4 mois, foetus 1 mois, attendre bebe, evolution foetus, foetus de 7 mois en image, attendre un bebe, contraception.