Sachez préparer votre aîné



Votre bébé va naître dans quelques mois. Comment l’annoncer à votre aîné et comment le préparer au mieux à accepter ce petit intrus qui va lui imposer définitivement le statut de grand. Une approche tout en délicatesse saura préparer ce changement de situation.

L’annonce de la venue du bébé 

Elle doit se faire ni trop tôt ni trop tard. Le petit enfant a une notion du temps assez floue.
Il a encore bien du mal à se projeter dans l’avenir. Aussi, n’est-il pas nécessaire de lui annonce, la bonne nouvelle trop longtemps à l’avance : il risque de se lasser d’attendre. Le mieux est de le lui dire quand ça se voit. Expliquez-lui en termes simples comment s’est fabriqué le bébé, comment il va grandir dans votre ventre, et dites-lui qu’il pourra bientôt le voir. Ces explications peuvent parfaitement contenter votre aîné ou, à l’inverse, déclencher une agressivité souda
Autant certains enfants vont jusqu’à caresser et embrasser le ventre arrondi de leur maman autant d’autres peuvent avoir envie de le taper! On prétend que plus l’agressivité se manifeste moins elle s’affirme plus tard. Quoi qu’il en soit, elle est normale et traduit le sentiment d’angora qui anime votre aîné à l’idée que vous n’allez plus l’aimer. Surtout rassurez-le. Faites-lui bien comprendre que vous l’aimez énormément, que l’arrivée d’un bébé ne modifiera rien, que
l’amour d’une maman est immense et qu’elle peut aimer plusieurs enfants à la fois.

L’écart entre les naissances

Existe-il un écart idéal pour limiter au maximum les conflits ? Bien sûr, il n’y a pas de réponse standard. L’expérience montre qu’avoir des enfants rapprochés a souvent des avantages mêmes rythmes, mêmes contraintes matérielles (change, biberon), relation de jeux complic
alors que des naissances espacées, moins contraignantes, donnent à résoudre des problèmes totalement différents. Si l’écart d’âge entre les enfants est faible, la jalousie, bien qu’elle exs*
risque de ne pas s’exprimer par des conflits ouverts. De même, si les enfants ont une grande différence d’âge, l’aîné se coule plus facilement dans le rôle du grand frère ou de la gran sœur et s’occupe volontiers du bébé. Les situations intermédiaires sont moins roses. En effet, lorsque les écarts sont moyens (3-4 ans), les tensions sont alors les plus vives. L’aîné a profité pendant quelques années d’une vie où il était seul avec ses parents et il voit d’un mauvais œil l’intrus lui voler ce privilège. Le sentiment de jalousie va s’exprimer plus fortement, des hauts et des bas… mais sans jamais s’éteindre.

Réussir la cohabitation

Il est indispensable d’associer votre aîné à la naissance. Si le règlement de la maternité te permet, il peut venir voir le bébé et vous voir par la même occasion. Il a besoin de savoir vous vous trouvez et de se rassurer en voyant que tout va pour le mieux. Présentez-lui
petit frère ou sa petite sœur simplement, sans excès, et intéressez-vous à ce qu’il a fait pendant votre absence. Si les visites sont interdites, faites un polaroïd et envoyez-le lui. Il pourra au moins vous voir dans votre chambre avec votre bébé. De visu ou au téléphone, dites-lui qu’il vous manque beaucoup et que vous allez rentrer dès que possible. Le retour à la maison est un moment souvent difficile pour lui. Il vous voit soudain accaparée par ce nourrisson et réalise très vite qu’il n’est plus le centre d’intérêt de la famille. Il peut – momentanément – avoir envie de redevenir un bébé, puisque justement on ne s’occupe que de celui-là. Ce sont les fameuses régressions que l’on observe chez l’aîné à arrivée du cadet: pipi au lit (alors qu’il était déjà propre), difficulté d’endormissement, problèmes alimentaires (il voudra qu’on le fasse manger et exigera de reprendre son biberon). Tous ces conflits n’ont rien d’alarmant et ne signifient qu’une seule chose : il a envie que l’on s’occupe de lui. Rassurez-le. Un tout-petit ne sait pas dire qu’il est jaloux. Tout au plus sent-il confusément que quelque chose a changé. Ne le laissez pas se culpabiliser d’avoir des  mauvais sentiments: dites-lui que c’est normal qu’il soit jaloux, multipliez les attentions, ménagez du temps pour lui et surtout ne le privez pas aujourd’hui de ce que vous lui accordiez hier faute de temps.

Il a toujours droit à son câlin du soir, à sa petite histoire ou à son tour de manège! Patience, il va reprendre confiance en lui.
Quand il comprendra qu’il n’est pas oublié, que vous tenez
toujours à lui, il cessera de jouer au bébé pour devenir votre
grand, quitte à régresser seulement de temps en temps… juste pour se faire dorloter!

Des erreurs à ne pas commettre

  • Envoyer l’aîné chez ses grands-parents au moment de la naissance du bébé. Imaginez sa réaction quand il reviendra. Il va simplement penser que le bébé a pris sa place.
  • Donner sa chambre au bébé et l’installer dans une nouvelle, aussi jolie soit-elle. Ce n’est sûrement pas le bon moment.
  • Rentrer de la maternité chargée de cadeaux pour le bébé et ne rien prévoir pour lui.
  •  Le mettre à l’école, le même mois que la naissance. Il peut y voir une façon de se débarrasser de lui, tandis que bébé, lui, reste tranquillement à la maison.
  • Plus tard, surprotéger et donner toujours raison au petit au détriment du plus grand. Les enfants détestent l’injustice!
  • S’agacer de sa jalousie. C’est le jaloux qui souffre, qui est malheureux. C’est lui qui a besoin de votre tendresse.


fecondation, fécondation in vitro, placenta, foetus 4 mois, foetus 1 mois, attendre bebe, evolution foetus, foetus de 7 mois en image, appareil genital feminin fecondation, attendre un bebe.