Vous avez pris trop de poids? En moyenne, vous auriez dû grossir de 11 à 15 kg maximum. Du 5e au 7e mois, votre rythme de prise de poids devrait se situer entre 350 à 400 g par semaine ; les derniers mois, il va passer de 450 à 500 g.
Il est bien sûr hors de question d’entreprendre un régime amaigrissant. Vous devez simplement limiter votre ration alimentaire à 1 800 Kcal. Avant tout, commencez bien par vous observer. Considérez que votre prise de poids est due à une trop grande consommation d’aliments caloriques. Avez-vous, sous prétexte
que vous avez un bébé à nourrir, mangé pour deux? Grignotez-vous entre les repas?
Chocolat, bonbons, fruits sont-ils pour vous un moyen de compenser vos angoisses ?

Réduire les graisses

Pour limiter votre assiette à 1 800 Kcal, vous pouvez faire appel à un nutritionniste.
Pratiquement tous les services d’obstétrique hospitaliers ont ce spécialiste dans leur équipe.
Mais vous pouvez aussi très bien vous contrôler vous-même en éliminant tout ce qui est trop gras et trop sucré.
Remplacez les laits entiers, les laits concentrés, les yaourts entiers, les fromages frais sucrés ou aromatisés aux fruits, les petits suisses et tous les fromages  frais sucrés ou aromatisés aux fruits, les petits suisses et tous les fromages à plus de 50 % de matières grasses par des produits écrémés, allégés, les fromages blancs à 0 % de matières grasses. Ne dépassez pas les 20 % de matières grasses si vous désirez un peu plus de moelleux. Éliminez les fruits secs, les fruits oléagineux, les fruits confits, les fruits au sirop et aussi le chocolat, la confiture, toutes les confiseries et les  viennoiseries.  Évitez tous les apéritifs, les boissons alcoolisées et les petits gâteaux salés ou cacahuètes qui les accompagnent.

Il faut être vigilante sur la prise de poids au cours des derniers mois.
Pourquoi ne pas demander les conseils d’une diététicienne ?
Elle saura rectifier vos erreurs, faites souvent en toute bonne foi.

Quatre repas dans la journée

Enfin, répartissez ces 1 800 Kcal sur quatre repas. Le petit déjeuner est particulièrement important, vous ne devez pas rester à jeun trop longtemps pour vous et votre bébé. Une collation l’après-midi permet d’éviter le grignotage qui déséquilibre votre ration quotidienne et permet de couvrir vos besoins en calcium.
Pour bien contrôler votre prise de poids, n’hésitez pas à peser vos aliments. Très vite, vous saurez à l’œil évaluer la bonne quantité d’aliments et vous pourrez alors vous passer de ce geste fastidieux.

Le complément en fer

La grossesse augmente très nettement les besoins en vitamine B9, et
généralement la future maman ne trouve pas dans son alimentation
l’apport indispensable en fer et en acide folique (ou vitamine B9), ce qui est cause de fréquentes anémies. Le médecin fait une évaluation des besoins de la future maman en fonction de ses antécédents médicaux, complétée si besoin par des analyses de sang. Aujourd’hui, les obstétriciens prescrivent de plus en plus volontiers une supplémentation en fer et acide folique, sous forme de comprimés, à compter du 6e mois de grossesse, ou avant si nécessaire. Ils y ajoutent, dans certains cas, l’apport de vitamine D et de calcium.

Le sucre indispensable
les glucides jouent un rôle important au cours de la gestation. Les meilleurs, sur le plan de l’apport énergétique pour la mère et pour la construction du bébé, sont les sucres lents que l’on trouve particulièrement dans les céréales et les féculents. Les sucres rapides sont fournis par le sucre raffiné, les bonbons mais aussi les fruits ou le lait. Ces glucides-là n’apportent que des calories. Mieux vaut les consommer modérément ou leur préférer le miel qui ne contient que 70 à 72 % de glucides et garder l’usage du sucre, le vrai, pour
kcafé et le thé (un pour une tasse, deux pour un bol au maximum), en sûr, toutes les sucreries type bonbons sont à éliminer, ainsi que les boisoins sucrées. Ne pas sucrer ses yaourts et réduire systématiquement la quantité de sucre dans les pâtisseries maison sont de bonnes habitudes à prendre et à conserver.