Médicalement, un enfant prématuré est un enfant qui n’a pas terminé sa formation et dont la naissance survient entre la 28e et la 37e semaine d’aménorrhée. Un bébé sur 20 naît prématurément. Selon la date d’interruption de sa gestation et selon son poids de naissance, sa vie sera plus ou moins en danger. Différentes raisons peuvent être
la cause de cette naissance, comme : le travail debout plus de 6 heures par jour, à la chaîne, sur machine entraînant des vibrations du corps, le port de charges de plus de 10 kg , le bruit important, le climat trop froid, une famille nombreuse, deux heures de transport par jour, un
traumatisme important, une maladie infectieuse, une grossesse multiple.

Il y a urgence

Quelques signes réclament une hospitalisation d’urgence. Ce sont:

  • Le début du travail de l’accouchement La future maman souffre de contractions douloureuses et régulières. Le médecin constate alors le raccourcissement et la dilatation du col. Le traitement consiste en un repos absolu avec administration de médicaments destinés à arrêter les contractions.
  • La rupture de la poche des eaux, souvent due â une infection bactérienne. Selon les cas, le médecin prendra la décision de prolonger la grossesse sous surveillance médicale étroite ou de provoquer l’accouchement pour le bien de la mère et de l’enfant.
  • La perte importante de sang. Elle est le résultat d’un hématome rétro-placentaire. Selon l’abondance de l’hémorragie, ses causes et l’état de la mère et du bébé, la gestation sera prolongée ou l’accouchement immédiat.
  • La fièvre. Elle provoque souvent des contractions importantes. Avant toute décision, les médecins en cherchent la cause qui déterminera la ligne de conduite à suivre.

Menaces à bas bruit

Mais bien souvent tes menaces sont plus discrètes et plus sournoises: mal de ventre, mal de rems qui, en fait, cachent des contractions que la future maman, faute d’expérience, ne reconnaît pas. Selon l’état du col, la perte ou non des eaux et la date « normale » de l’accouchement, le médecin prescrira le repos, associé à des médicaments qui auront pour but d’arrêter le travail de l’accouchement et de maintenir la grossesse jusqu’à la 37e semaine.
Si tout se passe bien, la future maman peut même rentrer chez elle, en restant, bien sûr, sous surveillance médicale. La plupart des centres hospitaliers ont organisé un service de surveillance à domicile par des sages-femmes, uniquement employées à cela et passant régulièrement examiner la future maman. Elles contrôlent l’évolution des contractions et l’ouverture du col, les battements du cœur du bébé et la tension artérielle de la mère.

Un pronostic précoce

Une méthode récente permet de pronostiquer une naissance préma-
turée dans 90 % des cas. Il s’agit de rechercher après prélèvement dans les sécrétions cervicales et vaginales la fibronectrine fœtale, une des substances protéiques du liquide amniotique.
Sa présence révèle une lésion des membranes protectrices de l’en-
fant et signifie pour lui un risque élevé de prématurité.

Retards sans conséquences

Des recherches menées par le Pr Lezine tendent à démontrer l’existence d’un certain retard de développement du prématuré par rapport à l’enfant normal.
Ce retard est surtout sensible les deux premières années. Il est d’autant plus visible que le poids de naissance était faible et le terme éloigné. Les principaux retards concernent le développement moteur, notamment l’acquisition de la position assise et de la marche. Cette dernière apparaît vers 17 et 19 mois chez certains prématurés. On note encore un retard au niveau du langage et de la propreté. Mais 75 % des prématurés nés à 7 mois de gestation ont comblé tout retard à 3 ans.
Pour ceux nés à 6 mois, il faut attendre entre 4 à 6 ans pour que soit effacée la différence avec les enfants nés à terme. Enfin, les enfants nés à 8 mois de gestation ne présentent aucun retard notoire. Toutefois, l’amélioration des techniques a fait diminuer le temps de « rattrapage », beaucoup plus rapide actuellement que lorsque le Pr Lezine a mené son étude. D’une manière générale, « l’âge de développement » devra toujours être corrigé de la date avancée de la naissance.

NAÎTRE AVANT TERME

Les facteurs de prématurité sont nombreux : les situations fatigantes, stressantes, les travaux trop durs, les transports trop longs, un col ouvert, une grossesse gémellaire, voire triple. Dans tous ces cas, il y a risque de stimulation des contractions. La seule vraie prévention passe par une surveillance régulière. Elle a lieu tous les mois, au cours des neuf visites obligatoires. Et si nécessaire, il y en aura plus. Il est important de savoir comment la mère se sent, comment est le col, quelle est la position de l’enfant, dans quel état de tension se trouve la mère, s’il y a ou non une infection…
Bref, c’est en connaissant bien son corps que la future maman peut moduler ses activités et avoir un comportement adapté à la situation. Ce n’est pas parce que tout va bien qu’il faut commettre des imprudences. Il ne faut pas croire qu’il n’y a plus de problèmes avec les bébés nés prématurément et que l’on peut accoucher plus tôt sans problème, c’est faux! Il faut tout faire pour accoucher le plus près possible du terme ou tout au moins après 37e semaines d’aménorrhée.