Médicaments: suivre l’avis du médecin



Pas plus recommandée qu’en début de grossesse, l’automédication est pourtant tentante pour résoudre des petits problèmes: insomnies, maux de tête, douleurs lombaires. Vous devez cependant savoir qu’en prenant un médicament, vous le donnez aussi à votre bébé. Bien que l’élimination de la substance médicamenteuse soit
assurée par vos reins, la prise de médicaments fréquente et prolongée empêche votre organisme de faire ce travail. Aussi, lorsque le bébé naît, il risque d’être encore « sous médicaments » et ce seront ses propres organes hépatiques et rénaux, encore immatures, qui devront se charger de cette élimination.

Les médicaments à éviter en dehors des prescriptions médicales

  • L’aspirine et tous ses dérivés : on les soupçonne d’entraîner une toxicité cardio-pulmonaire et rénale car ces médicaments traversent le placenta. Ils peuvent être remplacés par tous ceux à base de paracétamol.
  • Les sirops et les produits antitussifs, notamment les sirops expectorants contenant de l’iodure de potassium qui peut être la cause d’hypothyroïdie chez le nouveau-né.
  • Les gouttes nasales de type vasoconstricteur : elles provoquent dans quelques cas des problèmes d’hypertension artérielle, un risque inutile pour une future maman.
  • Les laxatifs chimiques et l’huile de paraffine. Les premiers provoquent une irritation des muqueuses intestinales, la seconde peut modifier l’assimilation de certaines vitamines.
  • Certains somnifères. Ils peuvent provoquer chez le nouveau-né des états de somnolence avec diminution de l’activité de succion. Demandez toujours l’avis de votre médecin avant de prendre ce genre de médicaments.
  • Certains antibiotiques, notamment ceux à base de Cycline; ils ont le désagrément de jaunir l’émail des dents du futur bébé.

Le problème des vaccinations

Certains vaccins sont déconseillés, soit tous ceux contenant un virus vivant, même atténué, tels que les vaccins contre la rubéole, la rougeole, la varicelle, les oreillons et la poliomyélite par voie buccale.
Par contre, des vaccinations comme celles contre le tétanos et contre la grippe, à condition que ces vaccins soient faits de virus inactivés, sont parfaitement autorisées. Pour lutter contre les épidémies de rougeole, de varicelle ou d’oreillons, le médecin vous prescrira des
gammaglobulines spécifiques qui renforceront vos défenses immunitaires.

Voyages et vaccinations

Si vous souhaitez voyager dans certains pays, vous devrez vous soumettre à certaines vaccinations. La vaccination anti-cholérique est sans danger, mais les vaccinations contre la variole et la fièvre jaune ne sont pas conseillées. De même, il est fortement recommandé de vous protéger du paludisme par la prise de médicaments anti-paludéens de synthèse. Attention, dans certains pays, cette maladie n’est plus évitée par la classique Nivaquine® et le produit de remplacement, le Lariam® est contre-indiqué pendant la grossesse.

Du bon dosage des radios

En principe, les rayons X sont proscrits au cours de la grossesse, notamment pour examiner les régions proches de l’abdomen. Mais il existe un seuil au-dessous duquel il n’y a aucun danger pour le bébé. Les appareils de radiographie utilisés aujourd’hui permettent de déterminer précisément la quantité de rayons X souhaitée et la durée de l’exposition. Les radios sont possibles sur toutes les autres parties du corps, elles se pratiquent alors avec le port d’un tablier de plomb sur le ventre. Les radios dentaires ne posent aucun problème. Les radios pulmonaires ne sont plus obligatoires et votre médecin
en décidera de l’opportunité. L’examen radiographique du bassin pratiqué au 9e mois, et destiné à connaître ses mensurations exactes, est totalement inoffensif car il est réalisé avec une dose de rayons X tout â fait supportable par le bébé. Cette radiopelvimétrie est indispensable pour les présentations par le siège et pour les naissance gémellaires.

Rétention d’eau et œdèmes

Vos chevilles, vos jambes, vos mains, voire même votre visage sont gonflés. La cause en est principalement une rétention anormale d’eau tout à fait explicable pendant la grossesse. En effet, le corps de la femme enceinte contient alors 4 litres d’eau de plus que la normale.
Ils sont répartis dans le sang et dans les cellules. La seule façon naturelle de lutter contre ce trouble est de boire beaucoup, de manière à améliorer le drainage des tissus (la bonne moyenne: 1,5 litre par jour). Les vêtements trop serrés, notamment aux chevilles et aux poignets, peuvent aussi être cause d’cedèmes. Seuls ceux
qui apparaissent brutalement sont inquiétants. Il est alors urgent de consulter votre médecin car ils peuvent provenir d’un mauvais fonctionnement rénal. Les œdèmes peuvent aussi s’accompagner d’une sensation de fourmillement due à la compression de certains nerfs par le gonflement des tissus. Pour celles qui vivent au bord de ta mer ou qui ont l’occasion au cours de leur grossesse de s’y rendre, marcher dans l’eau, fraîche de préférence, â hauteur de chevilles est un moyen simple de prévention, qui favorise aussi l’élimination des cedèmes des jambes et des chevilles. Cet exercice, à faire régulièrement {pendant une demi-heure environ) active la circulation et draine les tissus.



fecondation, fécondation in vitro, placenta, foetus 4 mois, foetus 1 mois, attendre bebe, evolution foetus, contraception, attendre un bebe, placenta schéma.