Le terme « yoga » définit à la fois un art de vie, une culture, une philosophie et une technique. Il allie dans l’harmonie le corps et l’esprit. Dans le domaine de la préparation à la naissance, il s’apparente surtout à un entraînement psychologique et respiratoire, accompagné d’un apprentissage du schéma corporel de la femme enceinte.

S’entraîner en douceur

Cette préparation en douceur aide à la décontraction physique et à la concentration psychique.
Selon le contrôle de ces deux « pôles », la future maman en tirera plus ou moins de bénéfices.
Sur le plan physique, le yoga est un entraînement musculaire important, mais fait en douceur, ce qui est idéal pour une femme enceinte. Il fait travailler le corps en contraction, en décontraction et apprend à respirer ; il aide donc à une parfaite relaxation. Pour les yogi, la future maman doit être empreinte de calme et de bonheur, cet état facilitant la circulation des hormones naturelles dont la quantité varie avec les émotions. De plus, toute pensée positive et constructive est directement transmise au fœtus qui, nourri de bien-être, aura toutes les chances de poursuivre un développement harmonieux et d’avoir plus tard une personnalité heureuse.

Des exercices réguliers

Les exercices qui sont enseignés appartiennent à hatha yoga, mélange de postures et de pratiques respiratoires. Ce sont les exercices les plus simples qui sont utilisés, pour que toutes les femmes puissent les suivre.
Les positions également proposées, les asanas, font participer tout le corps en étirant les muscles en douceur : ligaments, articulations, vertèbres travaillent en souplesse.
Jamais acrobatiques, elles sont exécutées avec lenteur et grande concentration; leur action est si profonde qu’elles agissent sur les organes internes et les glandes endocrines.
Les séances de yoga peuvent se faire au rythme de 1 ou 2 par semaine pendant 1 heure, ou bien 4 ou 5 de 15 à 20 min chacune. Une séance type fait travailler l’étirement du dos, et comprend des exercices de stimulation du périnée et de la circulation des jambes, des
postures assises avec rotation de la tète, un entraînement respiratoire et enfin quelques minutes de relaxation.
Mais attention, toutes les postures du yoga ne sont pas recommandées aux futures mamans en raison du travail de certains muscles qu’elles impliquent. Elles doivent être adaptées à
leur nouvelle morphologie. Il est donc indispensable de pratiquer cette préparation en compagnie d’un professeur de yoga qui s’est spécialisé dans la grossesse et qui est assisté par une sage-femme.

Les applications au quotidien

Sans avoir une pratique appronfondie du yoga, vous pouvez observer cinq règles dans votre vie quotidienne:
-étirez la colonne vertébrale vers le haut « en poussant le ciel » de la tête ;
– basculez le bassin pour réduire la courbure du dos;
-contractez le périnée pour avoir impression de remonter l’enfant ;
sentez le diaphragme se relever à expiration;
– resserrez l’abdomen de l’avant vers l’arrière pour bien caler l’utérus dans bassin.

Ne penser qu’à son bébé

Vers 6-7 mois de grossesse, dans l’Inde traditionnelle, se situait la cérémonie de Simantonayana. La future maman était parée avec grand soin, le père ait devant elle une coupe remplie de beurre clarifié et lui demandait ce qu’elle voyait dans la coupe. Tradionnellement, elle devait répondre enfant, signifiant ainsi que toutes ses
sées étaient concentrées sur l’être venir. À cette préparation divinatoire, les femmes indiennes associent préparation par le yoga, pratique liée à leur philosophie.

Gym douce et danse

Voici deux autres façons de faire travailler ses muscles et de prendre conscience de son « nouveau » corps:
– la gymnastique douce permet aux futures mamans de bouger en douceur, de se relaxer, d’apprendre à aspirer et à gérer ses efforts;
– la danse, elle, fait travailler l’équilibre et les muscles, notamment ceux du bassin. Il existe même une méthode de danse rythmique prénatale, qui a été mise au point par Béatrice Muller-Dugas, sage-femme et danseuse.