L’infertilité, comme la stérilité, a des causes multiples. Il peut s’agir de malformations congénitales diverses : de l’utérus, du col de l’utérus, ou encore de malformations congénitales comme l’absence d’utérus ou d’ovaires, ou même de l’appareil génital complet.

Des causes mécaniques…

Indépendamment de ces malformations, il existe d’autres causes mécaniques, telles que la stérilité par oblitération des trompes (stérilité tubaire) survenant à la suite d’une infection vaginale, ou encore le fibrome de l’utérus qui est une tumeur bénigne atteignant 20 % des femmes (le plus souvent entre 35 et 50 ans). De simples infections des parois vaginales ou utérines sont ennemies de la fécondité. La plupart de ces troubles  se soignent bien.

Il est recommandé de consulter un spécialiste si au bout de
deux ans d’attente et malgré les efforts du couple, aucune grossesse ne s’annonce.

…et physiologiques

Les glandes de l’utérus fonctionnent mal; l’appareil sexuel féminin devient inhospitalier.
Cette mauvaise production hormonale peut entraîner la présence de polypes à l’intérieur de l’utérus. C’est la nature de l’affection qui décidera le gynécologue à employer des antibiotique des hormones ou à pratiquer un curetage. Si la glaire cervicale produite par le col utérin est inexistante ou insuffisante (son rôle est important dans la fécondation), la prescription d’eestrogènes suivra généralement des examens approfondis.

  • Le fibrome: il faut intervenir chirurgicalement pour procéder à son ablation et rendre ainsi a la cavité utérine la possibilité d’accueillir l’ovule fécondé.
  • La trompe malade: l’infection des trompes (ou salpingite) nécessite l’emploi d’antibiotique et d’anti-inflammatoires. Rappelons que les maladies des trompes sont responsables de 50 % des stérilités durables. Un traitement est donc indispensable.
  • L’endomètriose: cette maladie touche près de 10 % des femmes. La muqueuse uténr s’installe en dehors de sa localisation normale. Cette affection touche l’ensemble de l’appareil génital supérieur tout en détériorant la structure des trompes et des ovaires. Par un traitement hormonal, on parvient, dans 50 % des cas, à obtenir une grossesse.
  • Le kyste aux ovaires: c’est une tumeur bénigne qui relève de la chirurgie.

Des troubles associés

Certaines stérilités féminines sont dues a des dérèglements hormonaux à mettre au compte du disfonctionnement de l’hypothalamus qui commande toute la régulation hormonale L’hypothalamus ou l’hypophyse peuvent encore être dans l’incapacité de donner des ordres aux ovaires. Bien des maladies peuvent aussi gêner l’ovulation Ainsi, les insuffisances de la glande thyroïdienne peuvent perturber le mécanisme de la fécondité ; les
glandes surrénales peuvent agir de la même façon; le diabète est un mauvais agent, lui aussi. Rares sont les stérilités simples; on constate souvent qu’ayant traité un trouble fonctionnel, on en voit apparaître un autre tout  aussi perturbateur pour la fertilité, tant le corps et le psychisme sont lies. Concevoir un beoé demande la mobilisation du couple dans sa globalité, et il est souvent indispensable de faire le point sur qui on est et ce que l’on veut. C’est en écoutant l’histoire familiale de chacun, en recherchant le fondement du désir d’enfant que se révèle souvent la véritable raison de la stérilité. En moyenne, 10 a 12 % des couples ont des difficultés pour avoir un enfant. Mais seulement 3 % des stènlités sont définitives. Toutes les autres cèdent face a un traitement médical. Dans un cas sur deux, leur origine est d’ailleurs tout a fait bénigne.

Trouver la cause

Le plus compliqué est de déterminer la cause de la stérilité. Heureusement, la médecine dispose de toute une batterie d’examens : aux dosages hormonaux s’ajoutent l’échographie, les radios de l’utérus, l’hysteroscopie qui permet de visualiser la cavité utérine et la cœlioscopie. Enfin par un caryotype on peut déterminer si la stérilité est due à une difficulté d’ordre génétique. Sur le plan des traitements, la médecine a fait depuis quelques années de nombreux progrès. La chirurgie avec la microchirurgie ou cceliochirurgie permet de supprimer les adhérences et de réparer les malformations. De leur côté, les médicaments sont de plus en plus efficaces et les traitements hormonaux de mieux en mieux maîtrisés.

Des mauvais fonctionnements

Enfin, il peut encore s’agir d’un mauvais fonctionnement du corps
jaune, celui-ci ne produisant pas la progestérone indispensable à la nidation de l’œuf dans la paroi utérine.
La stérilité peut aussi être due a une anomalie de la glaire sécrétée par
l’utérus.
Si elle est absente, trop abondante, de mauvaise qualité ou infectée, elle ne peut jouer son rôle qui est d’aider les spermatozoïdes a monter à la rencontre de l’ovocyte.



fecondation, fécondation in vitro, placenta, foetus 4 mois, foetus 1 mois, attendre bebe, evolution foetus, attendre un bebe, contraception, placenta schéma.




fecondation feminine, infertilité féminine cause, la stérilité féminine, uterus fegonde.