Bébé est secoué par les pleurs et vous vous sentez impuissante. À bien l’écouter, vous vous apercevrez que chaque vocalise a son propre sens. Un bébé pleure beaucoup, pour lui c’est un premier langage. Apprendre la signification de ces pleurs, c’est mieux
supporter les cris et communiquer avec lui.

Le bon décryptage

Le cri de la faim se caractérise par un son strident suivi d’une inspiration; il est accompagné d’un court sifflet, puis d’une période de silence. Dans leurs cris de colère, certains bébés ont plusieurs timbres. Tout dépend de la force avec laquelle l’air passe entre les cordes vocales.
On les reconnaît toujours: très aigus, ils sont difficiles à supporter sur le plan acoustique.
Le cri de douleur est souvent distingué immédiatement par la mère. Il se compose d’un premier cri suivi d’un silence puis d’une inspiration inaugurant une série de cris expiratoires.
Le cri de frustration est une variante de celui de la douleur. Il se manifeste par un cri suivi d’un long sifflement inspiratoire. Il est provoqué, par exemple, par le retrait du biberon et se répète. S’ajoute enfin le cri de plaisir, assez fort, sorte de cri de joie que le bébé va utiliser de manière volontaire, à chaque fois qu’il aura envie que l’on s’occupe de lui.

Une réponse adaptée

Il existe également un spleen du bébé: la tombée du soir rend certains nourrissons mélancoliques.
Peut-être ont-ils peur de ce voile noir qui les enveloppe peu à peu? Pour certains, les cris ressemblent à une mélopée douce et proche de la musique. Ces bébés n’ont pas besoin d’être pris et câlinés; la simple présence de leur maman les rassure. D’autres connaissent de véritables crises de larmes qui les laissent inconsolables. Cependant, rassurez-vous, vers trois ou quatre mois, bébé perdra cette habitude. Répondez toujours aux cris de votre bébé, c’est indispensable,
faute de quoi, il risque fort de croire que ses plaintes sont vaines et qu’il ne peut rien attendre de vous. Malgré leur côté agressif, les pleurs jouent un rôle fondamental dans les échanges entre le bébé et son environnement familial. Mieux vous saurez répondre à son désir, mieux vous pourrez supporter ses cris. N’hésitez pas à lui parler, caressez-le, tenez ses mains ou posez fermement une main sur son ventre. Si cela ne suffit pas, prenez-le dans vos bras et bercez-le
en le tenant contre votre épaule, sa tête nichée dans votre cou. Tout naturellement, il reprendra son calme. Au fil des mois, vous apprendrez à faire la différence entre tous ces cris… et ceux qui relèvent plus d’un caprice passager.

Du berceau aux bras

Dès sa naissance, l’enfant a besoin de contacts corps à corps. La naissance l’a séparé de celui de sa mère, mais il n’en a pas encore conscience. Petit a petit, il s’en apercevra et retrouvera, avec d’autant plus de plaisir, la chaleur et l’odeur de l’adulte. Prendre un bébé dans son berceau commence toujours par une prise de contact verbale. Quelques mots vont lui permettre de ne pas être surpris. Bien sûr, tous les mouvements effectuent aussi sans brusquerie.

Pourquoi bébé pleure-t-il?

Il a toujours une bonne raison de pleurer. Aussi faut-il
rapidement en trouver la cause qui est la plupart du temps
banale.

  • Il est mouillé: certains bébés détestent rester dans des couches sales. Seule solution, le changer. S’il se remet à pleurer quelques minutes après avoir été changé puis couché, peut-être a-t-il besoin de faire un petit rot supplémentaire.
  • Il a trop chaud: une mauvaise appréciation de la température de sa chambre peut troubler son sommeil: 18 à 20 °C suffisent largement. Surtout, ne le couvrez pas trop au début de la nuit, car il transpire beaucoup pendant les premières heures de son sommeil.
  • Il est 5 ou 6 h du soir: la tombée de la nuit rend certains bébés mélancoliques. Un jour, sans doute, les médecins découvriront que ce sont des raisons biologiques qui peuvent en être à l’origine.
  • Il a faim, c’est sûr: pendant les trois premiers mois de la vie, si votre bébé pleure et se réveille en pleine nuit, c’est certainement parce qu’il est affamé. Ce besoin est physiologique et naturel. Ne pensez surtout pas qu’il va se calmer tout seul. Tant qu’il n’aura pas été rassasié, les pleurs continueront.
  • Il a soif: s’il crie, s’il pleure sans raison entre deux repas, un peu d’eau le calmera sans doute. Utilisez plutôt de l’eau minérale plate. Il est inutile d’y ajouter du sucre.
  • Ses repères sont bousculés: n’écoutez pas trop ceux qui prétendent qu’un bébé est adaptable et que, par voie de conséquence, il peut manger ou dormir à heures irrégulières. Votre bébé a son mot à dire et le manifestera par des pleurs de colère.
  • Lorsqu’on le met dans l’eau, bébé crie : soyez rassurante, parlez-lui, mouillez-le de fa main sans le brusquer. Si rien ne le calme, remettez le bain au lendemain. Peut-être que tout ira mieux la prochaine fois.

 

 

 



fecondation, fécondation in vitro, placenta, foetus 4 mois, foetus 1 mois, attendre bebe, evolution foetus, attendre un bebe, contraception, placenta schéma.