Les contractions: un phénomène naturel



Vous ressentez des contractions? Il est normal, au cours d’une grossesse, d’en ressentir quelques-unes, mais elles doivent être rares et non douloureuses. Le muscle utérin se ramasse puis se détend, le ventre se durcit dans sa totalité et la future maman éprouve une sensation de constriction. Il ne faut pas confondre ces contractions avec la pression due aux mouvements in utero du bébé (ceux-ci ne durcissent qu’une partie du ventre de la mère, là où il a pression), ni avec les contractions dites de Braxton Hicks, de faible ampleur et naturelles: l’utérus durcit de 20 à 30 secondes toutes les 15 minutes environ; leur fréquence est toujours la même, mais elles ne sont jamais constantes, ni accompagnées de douleurs.

Un entraînement à l’accouchement

En fait, des contractions musculaires existent en permanence dans le corps et au niveau de l’utérus, même chez la femme qui n’est pas enceinte. Simplement, au 4e mois de grossesse, elles deviennent perceptibles en raison du développement de l’utérus. L’obstétricien Braxton Hicks fut le premier à les définir comme un entraînement à l’accouchement. Elles ont des fonctions bien précises : elles vident les veines utérines pour leur permettre de se remplir de sang mieux oxygéné et elles favorisent l’étirement de l’utérus vers sa partie inférieure.
Certaines futures mamans ressentiront peu de contractions au cours de leur grossesse et d’autres, quelques-unes par jour.

Quand s’inquiéter?

En revanche, dès que les contractions deviennent fréquentes et douloureuses, notamment si elles s’accompagnent de bouffées de chaleur et d’une accélération du pouls, il faut s’inquiéter.
Elles peuvent entraîner l’ouverture du col de l’utérus et risquent de provoquer une fausse couche. On sait aujourd’hui que la plupart des fausses couches tardives, qui surviennent vers le 4e ou le 5e mois, sont dues à une béance du col de l’utérus qui, normalement, doit rester fermé et tonique jusqu’à l’accouchement. On rencontre ce type de difficultés chez des femmes nées avec un col utérin atone (c’est souvent une difficulté congénitale), et surtout chez celles qui ont eu un ou plusieurs avortements ou curetages après des fausses couches.
Pour l’éviter, la technique utilisée est le cerclage. Dans cette intervention, ce qui compte, ce sont l’état du col et la position du bébé. Mais la femme ne peut pas s’en rendre compte objectivement. Une sensation de pesanteur ou l’impression que le bébé est « bas » ou, au contraire, des contractions peu fréquentes ne sont pas des signes révélateurs. Seul un examen peut confirmer ou infirmer ces impressions.

Le placenta « bas inséré »

Certaines contractions associées à des saignements sont parfois le
signe d’un placenta « bas inséré ». Le placenta s’est installé dans la
moitié inférieure de l’utérus et non au fond comme il l’est normale-
ment. Des contractions légères amènent alors son décollement
provoquant des saignements.
Dans ce cas, le médecin prescrit généralement à la future maman
du repos, des médicaments pour  éviter les contractions de l’utérus et, si besoin, quelques hormones pour maintenir l’équilibre indispensable au bon déroulement de la grossesse.

Dans 90 % des cas, le placenta va migrer en haut de l’utérus. Dans
10 % des cas, le médecin devra prévoir à la naissance la présence
d’un placenta praevia qui peut saigner au moment de la mise en
route du travail. Il arrive encore  que le placenta recouvre la totalité du col de l’utérus, on parle alors de placenta recouvrant.

Si celui-ci persiste après le 7º mois, la future maman devra être hospitalisée et accouchera par césarienne. Le placenta « bas inséré »
est donc quasi normal à l’échographie faite entre la 22′ semaine et
la 24e semaine. Il faut lui laisser le temps de remonter avec l’étire-
ment de l’utérus.

L’herpès génital : à signaler toujours

Vous souffrez de démangeaisons, voire de brûlures au niveau de la vulve. Il est important d’en parler à votre médecin. Avez-vous eu déjà à souffrir d’herpès génital? Est-ce que votre conjoint est atteint de cette affection? Ce virus, caché dans les tissus nerveux, est encore aujourd’hui difficile à combattre. Le traitement est essentiellement local et plutôt destiné à traiter les manifestations que la cause pour diminuer leur fréquence et leur intensité. Le danger le plus reconnu est la contamination du bébé au moment de l’accouchement (le risque étant de 50 % environ). Même si la future maman n’a plus observé depuis longtemps aucune manifestation de cet herpès, mieux vaut en parler au médecin. Des cultures effectuées à partir de prélèvements de cellules du col utérin et du vagin permettent de diagnostiquer cette affection. Celle-ci est trois fois plus fréquente chez la femme enceinte que dans la population féminine en général. Elle est d’autant plus grave qu’il s’agit d’une primo-infection et qu’elle survient à l’approche de l’accouchement. Une césarienne est alors envisagée La recherche de vésicules caractéristiques, l’examen de la vulve et du col sont faits systématiquement par la sage-femme.

LA PRESCRIPTION D’UN CERCLAGE

L e cerclage a eu son heure de gloire. Aujourd’hui, on le pratique avec un peu plus de discernement. Il est nécessaire lorsque le médecin constate chez la future maman, une béance du col. Les causes peuvent en être différentes, soit parce qu’elle a déjà accouché prématurément ou avorté tardivement, soit parce qu’une radio a montré un problème au niveau du col, soit encore parce qu’elle a une malformation utérine. On cercle généralement à la fin du premier trimestre ou au début du deuxième trimestre, sous anesthésie générale. Certains cerclages sont faits « à chaud » pour les femmes qui ont déjà une poche des eaux au cinquième mois ou au sixième mois. On la réintègre et ainsi la grossesse peut se poursuivre quelques semaines, ce qui s’avère souvent vital pour le bébé. À l’inverse, dans d’autres cas, il arrive que l’on soit obligé de faire un cerclage avant
la grossesse, on pratique alors une intervention chirurgicale.



fecondation, fécondation in vitro, placenta, foetus 4 mois, foetus 1 mois, attendre bebe, evolution foetus, attendre un bebe, contraception, placenta schéma.




contractions de braxton-hicks quand s\inquiéter, phenomene de contraction grossesse, attendre contraction, bebe a 4 mois de grossesse, bebe nee dans sa 4mois, placenta praevia et contractions.