Les complications de l’hypertension



L’hypertension est, le plus souvent, diagnostiquée au cours des examens de routine:
prise de sang et analyse d’urine. Mais elle se signale parfois aussi par des maux de tète, des bourdonnements d’oreilles et des troubles de la vue. Elle apparaît dans 6 % des grossesses et au cours des derniers mois. Cela peut être aussi un symptôme de complications plus graves, tel un mauvais fonctionnement des reins, incapables de filtrer et de mélanger la masse sanguine qui est considérablement augmentée; les reins produisent alors une hormone qui augmente la tension artérielle. Dans ce cas, la mesure de l’acide urique et de la créatinine du sang permet de savoir si les reins fonctionnent bien.

Un suivi médical sérieux

La future maman peut être victime de deux types d’hypertension : l’hypertension artérielle gravidique vraie, liée à la grossesse, et l’hypertension artérielle antérieure à la grossesse ou révélée par elle. La première apparaît au troisième trimestre. Elle s’accompagne d’œdèmes des membres et du visage et d’une élévation du taux d’albumine dans les urines. C’est une toxémie gravidique. La seconde apparaît plus tôt. Quelles qu’elles soient, elles peuvent être cause de complications importantes telles que crise d’éclampsie (convulsions très graves) ou décollement du placenta, révélé par une hémorragie. Ces complications peuvent mettre la vie de l’enfant en danger ou être la cause d’un petit poids à la naissance du bébé. La surveillance de la grossesse est essentielle ; elle s’effectue tous les quinze jours. On mesure la tension artérielle, aux deux bras, en position debout ou assise. Le chiffre supérieur ne doit pas dépasser 13 et le chiffre inférieur ne doit pas être égal ou supérieur à 9. On contrôle ensuite le bon développement du fœtus par le dosage de l’acide urique, par l’analyse de certaines hormones propres a la grossesse dans les urines maternelles, par l’enregistrement des bruits du cœur du fœtus et l’examen du liquide amniotique.

Pour quelles raisons?

On connaît mal les causes de ce trouble. Il s’agit dans certains cas d’un facteur héréditaire.
D’autres spécialistes évoquent une anomalie de la formation du placenta qui provoquerait une sécrétion excessive de la thromboxane, substance qui favorise la vasoconstriction (c’est-a-dire le rétrécissement des vaisseaux). Dès lors, le flux sanguin fait pression sur les vaisseaux.
Outre la surveillance, des mesures simples (comme le repos) ou, plus médicales peuvent être mises en place : traitement par médicaments antihypertenseurs ou, selon le cas, tout simplement par de l’aspirine. En effet, des travaux récents ont montré son efficacité à faible dose pour prévenir les complications maternelles et fœtales.

Dépistage précoce

Salon une équipe médicale anglaise, les complications de l’hypertension pourraient être constatées précocement, ce qui permettrait de mettre en place un véritable traitement préventif pour l’enfant à naître. Grâce aux ultrasons du Doppler, on peut mesurer la qualité de la circulation placentaire. les hypertensions chez les futures mamans pourraient être dépistées 3e la 18e semaine d’aménorrhée. Cette découverte est d’autant plus intéressante qu’il n’existe aucun moyen de dépistage lorsqu’il s’agit d’une première grossesse et qu’aujourd’hui les médecins peuvent proposer aux
femmes enceintes des traitements préventifs dont l’efficacité dépend de la précocité. C’est notamment le cas pour les traitements à base d’aspirine.

Ce qu’il faut faire

En cas d’hypertension, le médecin prescrit presque toujours un arrêt de travail immédiat et un repos complet, est même conseillé de s’allonger plusieurs fois dans la journée sur le coté gauche, jambes surélevées de anière à renvoyer le sang vers la ne cave.
L’exercice physique s’apparentera plus a de la relaxation. L’alimentation doit aussi être contrôlée. Le sel n’est pas exclu du régime, mais doit être utilisé en quantitè réduite, et la prise de poids
au cours des neuf mois doit également être modérée.  La future maman peut vérifier elle-même quotidiennement sa tension, il existe aujourd’hui des appareils de maniement fort simple. La tension normale est variable selon le moment de la grossesse. Les deux premiers trimestres, elle se situe plutôt aux environs de 10-6 et, en fin de grossesse, a 12-8. Tout résultat élevé exige la consultation d’un médecin, ainsi que des phénomènes comme les bourdonnements d’oreilles, les taches noires devant les yeux, une prise de poids rapide, des maux de tête et des cedêmes sous les yeux. Plus que toute  autre, la future maman hypertendue doit être étroitement surveillée médicalement. Enfin, si besoin est, le médecin présent des médicaments adaptés a la gestation. Il semble que de plus en plus de futures mamans soient hypertendues en raison de l’augmentation générale de l’âge de la maternité. Après l’accouchement, l’hypertension peut disparaître. Cependant, le plus souvent, elle persiste et a tendance à s’aggraver sous une forme particulièrement redoutable: l’hypertension gravidique récidivante.

 



fecondation, fécondation in vitro, placenta, foetus 4 mois, foetus 1 mois, attendre bebe, evolution foetus, contraception, attendre un bebe, placenta schéma.




les complication de lhypertension chez foetus.