L’enfant imaginé



Avant que l’échographie ne révèle le sexe de l’enfant à naître, la plupart des futures mamans semblent persuadées, pour les unes d’attendre un garçon, pour les autres, une fille. C’est une des manifestations les plus évidentes de l’enfant imaginé.
Mais il ne faut pas s’y tromper, derrière ces affirmations se cachent parfois des notions plus subtiles: en déclarant haut et fort que vous voulez un garçon alors que c’est une fille que vous désirez vraiment, vous vous préparez à une éventuelle déception.
L’enfant imaginé se construit à partir de fantasmes (« Il aura les yeux clairs, les jambes longues, de jolies dents… »), et répare bien des blessures narcissiques. Également pourvu de toutes les qualités, toutes les capacités, l’enfant à venir ne saurait décevoir. Ce sont ces
images qui entretiennent le désir d’enfant au cours de la grossesse. Elles permettent de supporter des changements physiques qui bousculent complètement l’image d’un corps que la femme a mis parfois des années à accepter, à aimer.
L’enfant imaginaire est le fruit d’une histoire personnelle plus ou moins compliquée, le résultat d’un véritable portrait-robot familial, fait d’emprunts aux êtres les plus chers qui ont marqué la vie de la future maman.

Toujours un garçon

Statistiquement, il semble que pour une première grossesse, les mères préfèrent attendre un garçon (C’est mieux pour un aîné ou cela fera tellement plaisir à son père).
Ce garçon-là est visiblement un cadeau à l’homme qu’elles aiment, leur mari, ou parfois à leur père. Mais c’est aussi parce que le garçon perpétue le nom, facteur qui reste très important aujourd’hui.
Les filles sont beaucoup plus désirées en second enfant (surtout si l’aîné est un garçon).
Pourtant, certaines mères veulent mettre au monde une fille parce qu’elles ont l’impression qu’elles seront mieux à même de s’en occuper.

Jamais seule

En somme, l’échographie du 4e mois confirme ou infirme les fantasmes de la mère.
Aujourd’hui, presque 50 % des futures mamans demandent à leur conjoint d’être là le jour de cet examen. À l’heure des papas poules, cette présence semble logique.
Se laissant moins aller aux fantasmes, c’est pour eux, souvent, une véritable rencontre.
Ils affirment, pour la plupart, se sentir encore plus concernés par la grossesse, plus impliqués dans son bon déroulement et encore plus responsables.
Bref, l’échographie est une bonne préparation au paternage et au rôle de père.

Rêves de naissance

Il est normal au cours de la grossesse de rêver plus que d’habitude. Le
bouleversement psychique de la future maman l’explique. On remarque curieusement quelques constantes.
En tout premier lieu, le rêve de l’enfant donné: la jeune mère a accou-
ché mais elle ne sait pas comment l’enfant est là, sa présence étant lointaine et confuse. D’autres femmes rêvent encore qu’elles accouchent sans douleur et sans angoisse. Et généralement, l’enfant mis au monde ressemble physiquement à un enfant de 2 ou 3 mois. D’ailleurs, les psychanalystes l’affirment, les dessins le
révèlent, jamais les futures mamans ne rêvent de fœtus. Leurs songes sont  peuplés de bébés nés largement à terme. Ainsi, lorsque l’on demande aux femmes de dessiner leur enfant a naître, elles tracent le portrait d’un enfant fini. Le fœtus n’existerait-il seulement que pour les médecins? Les femmes, on le sait, ont tendance à rêver d’eau plus que les hommes. Est-ce dû à la quantité de liquide que renferme alors le corps maternel? Est-ce le signe d’un besoin de sécurité, de quiétude ou celui du total accomplissement de la feminité?

Petites insomnies

Certaines futures mamans ont pourtant du mal à dormir, on note à cette période de la grossesse des insomnies réelles. Elles sont interprétées comme une hypervigilance vis-à-vis de l’enfant. Car en percevant les mouvement de son bébé, elle s’aperçoit que c’est un être autonome, déjà volontaire, dont il faudra un jour se séparer,
c’est ce qui la perturbe.

 

 

 



fecondation, fécondation in vitro, placenta, foetus 4 mois, foetus 1 mois, attendre bebe, evolution foetus, contraception, attendre un bebe, placenta schéma.