Bien qu’aujourd’hui beaucoup de pères assistent aux échographies et quelques-uns aux cours d’accouchement sans douleur, la rencontre a surtout lieu dans la salle d’accouchement. Depuis un peu plus de trente ans, ils sont admis au chevet de leur épouse. En fonction de leur caractère et de l’équipe médicale, leur rôle est actif ou passif.
Certains se limitent à soutenir moralement leur femme, d’autres ont la responsabilité de couper le cordon de l’enfant; il arrive même que, dans certaines maternités, on les laisse sortir l’enfant, la sage-femme ou le médecin ayant dégagé la tête et les épaules du bébé.
Le père découvre souvent avec admiration l’effort fourni par sa femme pour mettre un bébé au monde, et il se trouve confronté à des images qui le bouleversent, faisant naître en lui des sensations fortes et complexes.
Il existe deux types de pères: ceux qui sont très présents auprès de leur enfant et ceux qui ont du mal à s’y attacher. Le nouveau congé de paternité peut, dans ce cas, les aider à établir la relation père-enfant.

Une gestuelle personnelle

Père et mère ont à jouer des rôles différents auprès de l’enfant. Dès sa naissance, le bébé sait qui est l’un et qui est l’autre. Il les reconnaît par l’odeur, par le physique, par le son de la voix.
Des observations faites aux États-Unis ont montré qu’il réagissait différemment à l’approche de l’un ou de l’autre.
À l’écoute de la voix paternelle, l’enfant voûte ses épaules, hausse ses sourcils, entrouvre sa bouche et ses yeux s’illuminent: il est prêt à jouer. Ces observations ont montré encore que le père n’a pas le même comportement avec un petit garçon ou une petite fille. Dans
le premier cas, la façon d’être du père est plutôt physique, et dans le second, sa relation est plutôt de nature protectrice.

Un rôle difficile

Les relations père-enfant dépendent de l’espace que leur laissera la mère, le rôle du père étant d’atténuer l’intensité de la relation mère-enfant afin de permettre à ce dernier d’acquérir son indépendance. Le bon équilibre passe sans doute par un partage de toutes les tâches,
des plus gratifiantes aux plus matérielles. Il semble inévitable qu’il y ait une certaine rivalité père-mère et que la mère doive laisser un peu de ses prérogatives.
Certains hommes se sentent malhabiles dans ce nouveau rôle. Qu’ils sachent que le métier de père, comme celui de mère, s’apprend par l’expérience, le tâtonnement, et au prix de nombreuses erreurs.
Le plus difficile pour eux est sans doute de faire la part entre leurs occupations professionnelles et leurs nouvelles obligations de père.

On voit aujourd’hui apparaître des pères très maternants, qui font des câlins et qui, dans quotidien, semblent plus proches de l’enfant que la mère. L’essentiel, dans ce cas, est les rôles respectifs de chacun des parents, dans les soins apportés à l’enfant, soient bien differenciés dans les gestes. L’enfant doit faire naturellement la différenciation sexuelle, bien sûr, la tendresse ne fait jamais de mal.

Évolution des sentiments 

Durant la première enfance, le sentiment paternel se traduit par une sorte de neutralité enveillante, sous-tendue d’un intérêt positif pour les différents besoins de l’enfant. Le sentiment paternel se détache progressivement de son caractère narcissique initial pour devenir plus altruiste; le père se sent prêt à satisfaire les besoins de son enfant au détriment des siens propres. Lorsque le nourrisson grandit, chaque progrès psychomoteur constitue un fil supplémentaire cette trame de communication qui se tisse jour après jour entre eux deux.

Acteur du développement

Un chercheur français a étudié l’influence du paternage sur le développement de l’enfant, a constaté que les bébés dont les pères étaient très présents au quotidien avaient un meilleur quotient de coordination vision-préhension, utilisaient mieux leurs jambes et leurs bras pour résoudre des problèmes concrets, et semblaient avoir une meilleure capacité à imiter les actes simples.

Autre constatation: au niveau du développement social, l’enfant paterne pourra nouer avec autrui des relations équilibrées,
donc présenter des conduites d’attachement plus élaborées.
Enfin, il semble qu’il ait une maturation sociale précoce, remarquable,
notamment lors de l’intégration à la crèche ou à l’école.

 



fecondation, fécondation in vitro, placenta, foetus 4 mois, foetus 1 mois, attendre bebe, evolution foetus, contraception, attendre un bebe, placenta schéma.