Enfin, « il » est là! Vous avez souffert, votre bébé a fait de gros efforts. Poussé, comprimé dans l’espace étroit qu’est l’utérus maternel, il est enfin propulsé à l’air libre. Tout commence pour lui. En quelques minutes, le nouveau-né va devoir s’adapter à sa nouvelle vie. Les premières fonctions indispensables à sa survie, la respiration et la circulation sanguine, vont s’installer dès l’expulsion. Quelques heures plus tard, ce seront celles du métabolisme, puis les fonctions urinaire et digestive.

Crier pour respirer

Avec le premier cri apparaissent les fonctions respiratoire et cardiaque, indispensables aux bons échanges gazeux au niveau des poumons et à une irrigation de tous les organes par le sang. In utero, la trachée artère, les bronches, les bronchioles et les alvéoles pulmonaires sont remplies de liquides sécrétés par les cellules des parois alvéolaires.
En perpétuel renouvellement, ils sont rejetés par le pharynx dans le liquide  amniotique – la glotte est en permanence fermée afin que ce aernier ne pénètre pas dans l’appareil respiratoire. Au moment de la naissance, sous l’effet de la compression du thorax lors du passage par les voies génitales, une grande partie de ce liquide est expulsé (le reste le sera par aspiration au cours des premiers soins). Au contact de l’air, la glotte s’entrouvre par un mouvement réflexe et les muscles mspiratoires se contractent violemment, provoquant une dépression a l’intérieur du thorax; l’air s’engouffre alors dans l’arbre respiratoire. Sous son effet, les alvéoles des  poumons se déplissent. La première expiration s’apparente à un réflexe et laisse un peu d’ar dans les alvéoles. Il est indispensable pour la bonne continuité des échanges gazeux vitaux et pour permettre la réouverture des alvéoles à la deuxième inspiration.

Le degré d’émotion en sa Ile d’accouchement dépend beaucoup de celle du couple, plus elle est forte, plus elle se transmet aux soignants.
La force de cette émotion est souvent inattendue.

Une autre circulation sanguine

Les premiers cris sont suivis de petits grognements. Le bébé tremble un peu. Son visage, qui était légèrement bleu, devient rose. Déposé sur votre ventre, vous pouvez alors faire tendrement connaissance. Dans la plupart des maternités, le cordon ombilical est coupé
au bout de 4 à 5 minutes. La première inspiration et le clampage (fermeture par une pince) du cordon ombilical transforment profondément la circulation sanguine de l’enfant; le trou
de Botal (qui assurait la communication entre les deux oreillettes du cœur du fœtus) est obstrué par une membrane qui, tel un clapet, vient se plaquer contre l’orifice en raison d’une différence de pression sanguine; la plus grande pression d’oxygène dans le sang provoque encore la contraction du canal artériel qui mélangeait chez le fœtus la circulation pulmonaire à la circulation générale du reste du corps. Ainsi s’établit la double circulation indispensable à la vie aérienne.

Soins du cordon

Après la naissance, le cordon est recoupé à 1 cm du nombril, puis le médecin (la sage-femme ou la puéricultrice) pose une pince stérile (pince de Bar) qui favorisera la cicatrisation et formera un joli nombril.
Il vérifie la présence dans ce cordon de deux artères et d’une veine et entoure le tout d’une gaze stérile, sèche ou mouillée d’un peu d’alcool à 90°, maintenue par une bande.
Les soins au nombril se font quotidiennement jusqu’à la cicatrisation qui se fait normalement en quelques jours.

Son bracelet d’identification

Dans les minutes qui vont suivre sa naissance, votre bébé va être identifié. On lui attache au poignet un petit bracelet où sont portés son nom, son prénom, votre numéro du dossier d’hospitalisation. Parfois on y ajoute son sexe et sa date de naissance. Vous devriez porter le même afin de faciliter toute identification et pour
éviter cette crainte courante du bébé échangé par erreur.

Une drôle de tête

Pour toutes les mamans, leur bébé est le plus beau du monde et ce malgré quelques petites disgrâces esthétiques. En effet, pour naître, le bébé a dû forcer bien des passages. Sa tête porte souvent les traces de cet effort: c’est la bosse séro-sanguine. La peau de son visage est souvent bleutée au niveau des oreilles, du menton et du front. Il peut être poilu sur le dos, les cuisses et les épaules et couvert de duvet sur les joues et le front: c’est le lanugo, duvet qui couvre le fœtus. Sa peau peut être couverte de petits grains blanchâtres sur le nez, les joues, le front et le menton: ce sont les grains de milium. Ses yeux sont parfois
rouges en raison d’une petite hémorragie de la conjonctive. Rassurez-vous, tous ces petits problèmes disparaîtront en quelques jours et sans soins particuliers.

La température dans la salle d’accouchement

Le thorax du bébé, comprimé par le passage de la filière pelvienne, expulse le liquide pulmonaire qui remplissait jusqu’alors ses poumons. La première inspiration se produit dans les 20 secondes qui suivent la sortie de l’enfant. Il semble que la différence de température entre l’utérus maternel et l’atmosphère de la salle d’accouchement, fraîche pour ce bébé qui est complètement mouillé, ait une influence sur le réflexe du premier cri. L’évaporation du liquide amniotique, si l’enfant n’est pas essuyé et recouvert d’un drap, provoque une déperdition calorique importante. En 1/4 d’heure, la
température du nouveau-né peut passer de 37 °C à 33 °C alors qu’il est né dans une pièce proche de 22 °C. Afin qu’il ne perde qu’un minimum de température, il est enveloppé dans une serviette chaude et sèche. Pendant que l’accouchement se termine – c’est la délivrance et l’expulsion du placenta et de ses annexes – l’enfant est examiné.
puis placé sur le ventre de sa mère. Ses cris s’apaisent par les caresses, les mots tendres et la mise au sein.