La naissance d’un bébé prématuré n’est pas sans provoquer quelques difficultés dans la relation mère-enfant. Elles peuvent être dues à plusieurs facteurs: un accouchement difficile, dont le déroulement n’a pas été tout à fait celui que la mère avait espéré; le bébé qui, physiquement, ne ressemble pas exactement à l’enfant imaginé; la jeune maman qui, presque instinctivement, ne veut pas s’attacher à un enfant en grande difficulté vitale; et surtout le manque de contacts peau à peau au moment de la naissance dont on sait l’importance dans l’attachement mère-enfant.

Problèmes relationnels

Depuis quelques années, plusieurs équipes de médecins s’intéressent tout particulièrement à ces problèmes relationnels. Ce sentiment d’avoir un bébé donné plutôt que de l’avoir fait est connu de beaucoup de mères de prématurés. Il est d’abord dû au déroulement interrompu de la grossesse. Les neuf mois de la gestation sont indispensables à la préparation psychologique de la future maman, les derniers mois étant particulièrement riches en projets, en fantasmes, stimulés par le poids et les mouvements de l’enfant. L’accouchement n’est plus l’événement heureux qu’elles attendaient: beaucoup de jeunes mères ne réussissent pas à associer dans le temps accouchement et naissance, car le plus souvent elles ne font qu’entrevoir leur bébé avant sa mise en couveuse. Dans la plupart des cas, l’enfant est dirigé vers une unité de néonatalogie située, au mieux dans un autre endroit de l’hôpital, mais le plus souvent, dans un lieu distant de plusieurs kilomètres.
Le père est alors chargé d’un rôle essentiel: c’est lui qui voit l’enfant le premier, c’est lui qui informe la mère, au fur et à mesure de ses visites, de l’état de santé du bébé. Si elle se sent étrangère à cet enfant qu’elle n’a pas pu porter jusqu’au bout, le père prend le relais et tout
doucement se « maternise ».

Aider a la rencontre

L’équipe médicale met en place toute une stratégie pour aider la mère à s’attacher à son bébé. Elle lui propose souvent de l’allaiter à distance, la jeune maman tire son lait qui est apporté à son enfant. Le lait maternel enrichi en vitamines et en fer est idéal pour sa croissance et pour lui donner les défenses immunitaires qu’il n’a pas encore. Dans certaines maternités, on a mis en place un système d’enregistrements sur cassette des voix maternelle et paternelle; on leur demande de se mettre dans la condition de parents lisant une comptine pour aider leur enfant à s’endormir le soir, en lui parlant vraiment, à lui, comme s’il était effectivement près d’eux et non pas dans un incubateur. Cette « musique » ou celle d’un enregistrement musical écouté très souvent par la mère pendant sa grossesse, déjà familière au bébé in utero, est diffusée dans sa couveuse.

Cette écoute apporte à l’enfant une sensation d’apaisement ; recherche oculaire, mouvements lents des membres apparaissent chez l’enfant inquiet ou agité. Ces manifestations d’apaisement ou d’éveil sont souvent suivies d’un endormissement profond induisant
une modification importante des rythmes cardiaque et respiratoire.

Les mères kangourous

Mais certaines maternités vont encore plus loin dans la recherche du confort psychique de la mère et de l’enfant. Elles ont créé des unités « kangourous », une technique de maternage des petits prématurés qui nous vient de Colombie.
La Colombie est un pays pauvre où la médecine, et notamment celle s’intéressant aux prématurés, doit se débrouiller avec les moyens du bord. Il y a quelques années, des médecins ont constaté que les enfants qui, faute de place dans les couveuses, étaient laissés à leur
mère avaient pratiquement plus de chances de survie que ceux qui en avaient bénéficié; ils se sont également aperçus qu’il y avait moins de problèmes relationnels entre la mère et l’enfant. Psychologiquement, il est certain que le confort du bébé est bien meilleur que dans une couveuse. L’enfant doit être ainsi porté 24 heures sur 24. Ce maternage étant assez fatigant, il n’est pas rare que toute la famille se mobilise pour porter le bébé. Les mères-kangourous, dans les premières semaines qui suivent leur accouchement, viennent à l’hôpital tous les jours, puis au moins une fois par semaine. C’est ainsi que même des bébés de 700 g ont pu être sauvés!
Les unités Kangourous sont nées en France en 1987. Selon leur organisation, elles reçoivent des enfants souffrant de troubles différents. Mais il s’agit toujours de nouveau-nés qui demandent une surveillance et des soins spécialisés mais dont la survie ne nécessite pas des soins lourds avec, notamment, la mise en réanimation. Elles accueillent des bébés prématurés, des enfants de petits poids, malades ou souffrant de malformations légères et qui sont installés dans une chambre en compagnie de leur mère. Celle-ci peut pratiquer
les soins habituels d’hygiène, porter son bébé peau contre peau, interroger les soignants au moindre doute, recevoir la visite des autres membres de la famille. Cette méthode favorise les contacts mère-enfant et aide à la naissance d’une relation affective qui aurait pu être fragilisée par la maladie des enfants et l’angoisse des mères.

 



fecondation, fécondation in vitro, placenta, foetus 4 mois, foetus 1 mois, attendre bebe, evolution foetus, foetus de 7 mois en image, contraception, attendre un bebe.




a quoi ressemble bébé a 4 mois de grossesse.