Pendant des siècles, on a parlé d’instinct maternel ; il semble aujourd’hui que plus personne n’y croit vraiment En fait, l’amour qui naît entre la mère et l’enfant a des racines complexes La naissance est une étape importante certes, mais elle n’est pas totalement fondamentale.
Au moment de la rencontre, le lien mère-enfant est déjà une vieille histoire. Entre son désir d’enfant et l’amour du bébé qu’elle a porté neuf mois durant, la mère a cristallisé, dans la plupart des cas, des sentiments qui sont déjà puissants. Le travail psychique qui prépare à
l’amour maternel se ferait en majorité dans les derniers mois de la grossesse, notamment lorsque les premiers mouvements sont perceptibles.

La magie de la rencontre

Le déroulement de l’accouchement est, bien sûr, une étape primordiale, mais la rencontre du bébé imaginé et du bébé réel l’est davantage encore. Plus leurs deux images se superposer et mieux s’installe la relation affective. La naissance doit être vécue comme
continuité de la grossesse Le geste, de plus en plus répandu, déplacer l’enfant sur le ventre de sa mère quelques minutes après l’expulsion est un moment important dans la naissance du lien mère-enfant.
La jeune femme peut alors examiner son bébe tout à loisir et prendre ainsi conscience de réalité. Spontanément, elle lui parle doucement: affectueusement, elle le caresse du bout des doigts, puis de la main. La magte de la rencontre opère. Et le plus étonnant s’accomplit:
à la séduction de la mère répond celle du bébé.

Un petit séducteur

Ce bien-elre qui lui est donné le pousse à manifester à son tour son contentement: il vagit, il sourit, il regarde sa mère droit dans les yeux, et celle-ci fond, étreignant toujours mieux son enfant.
Pour les psychiatres étudiant cette première rencontre, cet amour est établi sur un mal-entendu. Le bébé a des gestes plus ou moins instinctifs que la mère interprète comme affectifs. L’enfant a un besoin d’attachement inné.
Le choix de l’objet d’attachement, la mère dans 70 % des cas, est le fruit d’un apprentissage plus ou moins long L’enfant ne crée pas seul cet objet d’attachement : il ne cristallisera cet amour particulier qu’après de longs échanges avec elle, mais aussi avec ceux qui les
entourent.
Il est étonnant encore de constater avec quelle rapidité les parents cherchent à intégrer l’enfant dans le groupe familial Le jeu des ressemblances y participe activement, chacun cherche sur l’enfant l’empreinte du conjoint: le nouveau venu a les yeux de sa mère, la bouche de son père, et il aura sûrement le nez de sa grand-mère! Ils définissent ainsi image de l’enfant réel, effaçant peu à peu celle de l’enfant imaginé. Tous les essais pour caractériser le bébé aident les parents à mieux connaître ce petit étranger aux réactions si personnelles.

Des difficultés relationnelles

Pour certaines mères, tout n’est pas aussi simple. Elles ressentent l’accouchement comme rupture, ce qui entraîne des troubles relationnels avec leur enfant. Bien sûr, la façon dont est déroulé l’accouchement n’est pas sans importance, certaines femmes pardonnant difficilement à leur bébé de les avoir fait souffrir. D’autres acceptent mal la différence entre l’enfant rêvé et l’enfant réel, surtout s’il naît avant terme ou avec un handicap. La relation est aussi parfois difficile à établir entre une mère qui accouche par césarienne sous anesthésie générale et son enfant qu’elle ne voit ni ne sent naître. La rencontre est tardive et l’attachement est moins spontané. L’allaitement, s’il est facile, peut aider mieux entrer en contact.
Sachez encore que l’amour maternel peut mettre un peu de temps à s’installer sans que soyez pour cela une mauvaise mère; c’est au contact quotidien, au cours des soins, vous apprécierez la douceur de ce bébé qui fait tout pour être aimé.

 

 



fecondation, fécondation in vitro, placenta, foetus 4 mois, foetus 1 mois, attendre bebe, evolution foetus, foetus de 7 mois en image, contraception, attendre un bebe.