L’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur entraîne toujours un profond bouleversement chez l’aîné. Ses sentiments sont faits d’un mélange de joie et de jalousie. Aussi, il est recommandé de préparer la rencontre.
Vous lui avez peut-être montré les échographies, vous lui avez sans doute demandé de poser sa main sur votre ventre au moment où le bébé faisait des cabrioles, alors, poursuivez son initiation. Il vaut mieux que vous évitiez la projection des images de l’accouchement, souvent trop réalistes pour ne pas être traumatisantes. En revanche, a la naissance de son petit frère ou de sa petite sœur, l’aîné sera heureux, grâce à quelques photos prises à la maternité, de
faire sa connaissance. Vous pouvez aussi réaliser une cassette audio des premiers cris et des premiers vagissements.

À la recherche d’un nouveau statut

Pour l’aîné, c’en est fini de sa vie d’enfant unique. Les premières manifestations d’un certain inconfort psychique se traduisent souvent par des nuits agitées. Beaucoup d’enfants profitent
de l’absence de leur mère pour essayer de s’installer dans le lit conjugal. Dormir contre papa peut être d’un grand réconfort pour une nuit, mais mieux vaut lui expliquer au réveil que cette expérience n’est qu’une exception.
Si ses nuits sont perturbées le temps de votre absence, on peut compenser son sentiment d’abandon par un câlin un peu plus long au moment du coucher. Mais les choses se compliquent souvent dès le retour à la maison.
Bon nombre d’aînés régressent, jouent au bébé, ne veulent plus manger qu’au biberon, recommencent à mouiller leur lit alors qu’ils étaient propres Exigences et colères se multiplent.
Ils peuvent même exprimer clairement leur envie de voir disparaître l’intrus. N’y attachez pas trop d’importance. Valorisez plutôt le statut d’aîné et de grand, et aménagez dans votre emploi du temps des instants rien que pour vous et lui. Très vite, l’enfant s’apercevra
que le rôle de bébé ne lui convient plus.

De nouvelles responsabilités

L’amour entre frère et sœur naîtra de gestes quotidiens ; après tout, ce bébé est aussi un peu à lui et il aimera jouer à l’aîné. Il prendra certainement un réel plaisir à participer aux repas ou à la toilette du bébé. Il peut donner le biberon ou encore, au moment du change, aller chercher les couches ou les vêtements du bébé. Il peut aussi lui parler
doucement et le bercer pour l’aider à s’endormir.
Il est important de lui réserver des moments bien à lui, qu’il retrouve l’affection de ses parents comme avant. Jamais il ne doit se sentir exclu ou abandonné. Ce n’est pas le moment d’abréger l’histoire du soir où même de le changer de chambre. Mieux vaut attendre.

Enfant jaloux

Cependant il est des moments plus tendus que d’autres dans la relation difficile avec le nouveau venu. Ainsi, les repas seront pratiquement toujours mal vécus par l’aîné. Pour qu’il ne se sente pas trop exclu, pourquoi ne pas lui demander une participation? Faute de quoi, il imaginera forcément une bêtise à faire pour monopoliser
l’attention. Bien calé dans un fauteuil et sous l’œil attentif des parents, il peut donner le biberon au bébé ou tout simplement surveiller le moment où la petite lumière du chauffe-biberon s’éteint pour indiquer que le lait est à la bonne température.

Seul contre deux

La jalousie est un sentiment naturel. Il est d’autant plus fort que l’on est petit et que se raisonner est impossible.
Mais bon nombre de psychologues pensent que plus on est jaloux, plus on l’a dit, mieux on saura se contrôler à l’âge adulte. D’ailleurs, dans certaines ethnies, si la mère n’a pas eu d’enfant depuis plusieurs années, elle adopte momentanément un bébé du voisinage, l’allaitant au sein, le cajolant tant et plus, lui accordant toute son attention pour rendre son propre enfant jaloux; les adultes de la famille lui répètent que le grand doit toujours céder.
Les visites des grands-parents, des oncles, des tantes et des amis sont souvent éprouvantes. Le nouveau-né a beaucoup trop de qualités et l’aîné se sent totalement dévalorisé.
Laissez-lui présenter « son bébé » et pensez à le gratifier de compliments et d’une pincée de réconfort. La naissance de jumeaux peut se révéler particulièrement perturbatrice pour l’aîné, surtout s’il n’a pas été réellement préparé à l’événement (ce qui est de plus en plus rare grâce à l’échographie). Il risque alors de se sentir seul contre deux.
De plus, les jumeaux occupant beaucoup ses parents, il aura l’impression de ne plus avoir assez d’espace pour lui.
Il est alors indispensable de prendre quelqu’un pour aider au maternage des deux plus petits afin de se libérer un peu pour l’aîné. Le père a alors un rôle important, il peut entretenir une relation privilégié avec son « grand » l’aidant ainsi plus facilement à partager sa maman.

 



fecondation, fécondation in vitro, placenta, foetus 4 mois, foetus 1 mois, attendre bebe, evolution foetus, attendre un bebe, contraception, placenta schéma.