Un retard de règles associé, bien sûr, à de violentes douleurs dans le bas-ventre, des pertes de sang foncé sont les signes classiques d’une grossesse extra-utérine.
Mais elle peut aussi se dérouler en silence et sans douleur. Dans ce cas, vous croyez être enceinte puisque vos règles se sont interrompues. Quelques malaises, des vertiges et surtout un utérus anormalement peu développé conduiront le médecin à s’inquiéter du bon déroulement de cette grossesse supposée.

Son origine

Une infection présente ou passée, une intervention chirurgicale au niveau des trompes peuvent être à l’origine d’une grossesse extra-utérine. Dans ce cas l’œuf, au lieu de se développer dans l’utérus, grossit dans la trompe et le plus souvent la détruit. Cette grossesse
doit être diagnostiquée le plus tôt possible. Elle est à craindre lorsqu’il y a, dès les premières semaines, des saignements et surtout de fortes douleurs sur un côté du ventre.
L’examen gynécologique révèle alors un utérus plus petit que ne le voudrait l’âge de la grossesse et surtout l’existence d’une masse à côté de celui-ci.
L’échographie peut compléter le diagnostic : elle montre alors l’absence d’œuf dans la cavité utérine. Les échographies pratiquées à l’aide d’une sonde vaginale sont idéales dans ce diagnostic. Tous ces résultats n’étant pas encore évidents, on a recours a une cœlioscopie
qui consiste en une exploration de l’appareil génital faite sous anesthésie. On introduit au niveau de l’ombilic un tube muni d’un système optique qui permet de voir ce qui se passe
dans la trompe.

Une intervention médicale en urgence

Le diagnostic de grossesse extra-utérine est classiquement suivi d’une intervention chirurgicale en urgence car, si l’on n’intervient pas à temps, la rupture de la trompe entraine une hémorragie interne très importante. Selon le cas, la trompe malade sera gardée, ou supprimée si l’autre est bonne.
Depuis quelque temps, certaines équipes médicales appliquent un autre protocole.
Sous contrôle d’une échographie, le médecin injecte un médicament dans la trompe qui va inhiber la division cellulaire de l’œuf. Celui-ci va se résorber. Cette intervention se fait sans anesthésie générale et sans hospitalisation. La patiente devra simplement être suivie
une quinzaine de jours par son médecin. Quelques mois après, il est possible d’envisager une autre grossesse qui n’a aucune raison de ne pas bien se dérouler. Il est souhaitable simplement d’en surveiller le bon démarrage.

Les pertes de sang

L’échographie pour en déterminer la cause. Ils peuvent être dus à un
décollement mineur du placenta qui s’est inséré près du col ou à la
présence d’un œuf jumeau qui ne poursuit pas son évolution.
Dans aucun de ces cas la grossesse n’est menacée. Par contre, des saignements foncés et abondants, associés à de fortes douleurs dans le bas-ventre, demandent que vous consultiez rapidement votre médecin.

Les contractions précoces

Certaines futures mamans n’en ont jamais, ou plus exactement n’en
ressentent jamais avant le moment de l’accouchement ; d’autres les subissent très précocement ; enfin certaines se demandent comment les reconnaître. Est-ce une douleur abdominale proche de celle ressentie au moment des règles? Est-ce tout simplement un durcissement du ventre? Une chose est sûre, les contractions au cours de la grossesse sont normales. C’est une manifestation du muscle de l’utérus qui change de volume, se réduit, se durcit puis se
relâche. Selon les femmes, elles apparaissent plus ou moins tôt au cours de la grossesse et sont plus ou moins ressenties, plus ou moins longues: quelques secondes a presque une minute. Les contractions normales doivent être rares et indolores, elles doivent disparaître avec la cause de leur déclenchement. Observez-vous, si elles vous semblent augmenter ou devenir plus douloureuses avec le temps, consultez votre médecin.