La dernière échographie: tête en haut, tête en bas!



Voici votre troisième rendez-vous avec l’échographiste. Cette dernière échographie, qui se fait après la 32e semaine d’aménorrhée, permet notamment de contrôler la position du fœtus, mais aussi la quantité de liquide amniotique et la position et l’épaisseur du placenta. Souvent, il est déjà en présentation céphalique (tête en bas) mais bien d’autres positions sont possibles. L’emplacement des cuisses, des jambes et des pieds repéré, l’échographiste pourra déterminer avec précision la présentation du bébé et choisir la technique d’accouchement la plus appropriée.

Ultime contrôle

Tout comme celles des premier et deuxième trimestres, l’échographie du 8e mois permet aussi de contrôler la croissance de l’enfant en fonction de l’âge de la gestation (retard ou excès), d’apprécier la structure et la maturité du placenta, et de dépister d’éventuelles malformations qui peuvent être traitées ou opérées avant la naissance ou tout de suite après.
Plus l’enfant grandit, plus l’échographiste est capable d’une véritable revue de détail. Ainsi, peut-il s’assurer du bon fonctionnement, par exemple, du cœur et des reins, ou contrôler les mouvements de son corps et de son appareil respiratoire.

Transformation psychologique du couple

Pour vous, la future maman, cette échographie est vécue comme une préparation à l’accouchement. C’est le dernier rendez-vous avec l’enfant imaginaire. La première est la découverte de la vie qui habite la future maman. La seconde aide aux fantasmes et la dernière prépare à la première séparation mère-enfant. C’est un véritable accompagnement médical et psychologique. L’échographie a transformé, dans bien des couples, les relations autour du futur bébé. En participant à ces examens, le père se rapproche de cet être qu’il ne
peut connaître qu’au travers de son épouse. La grossesse devient un moment de vie partagée. La vue du bébé sur l’écran resserre aussi souvent les liens dans le couple; la femme craignant de se voir délaissée par manque momentané de féminité s’aperçoit que son conjoint s’intéresse tout particulièrement au stupéfiant phénomène de la naissance de la vie. Toutes les enquêtes montrent que les pères ne vivent jamais l’échographie comme un moment angoissant. Tout
au contraire, ils se disent rassurés et valorisés dans leur comportement de père. L’échographie, enfin, aide à rêver à deux… Ce n’est plus le bébé de la mère mais le bébé du couple. C’est ainsi que l’on voit des pères devenir plus disponibles ou même s’arrêter de fumer. Leur présence à l’accouchement sera alors la suite logique de cette belle histoire.

L’amnioscopie

Dans quelques semaines, les médecins auront la possibilité de procéder à une amnioscopie. Cet examen, totalement indolore, permet de contrôler la couleur du liquide amniotique et d’en déduire les conditions de vie in utero de l’enfant.
Pour examiner le liquide amniotique sans  rompre la poche des eaux, le médecin ou la sage-femme gïisse par’ie vagin et le col un tube creux, au travers duquel on envoie de la lumière afin d’examiner par transparence l’intérieur de la cavité amniotique. Un liquide amniotique anormalement teinté signifie que le fœtus a rejeté du méconium, signe de mauvais échanges entre la mère et l’enfant pouvant justifier, parfois, l’accouchement antecipé.

Le Doppler en couleur

Les examens faits au Doppler peuvent élucider le pourquoi d’un retard de croissance dépisté à l’échographie. Le Doppler en couleur, tout dernier-né dans l’imagerie médicale, apporte encore plus de possibilités. Tout d’abord, il permet l’examen de certaines régions du corps et de certains organes inaccessibles jusqu’alors. Au cerveau et aux reins vont s’ajouter des régions abdominales. On contrôle le bon fonctionnement des reins et de la vessie; le médecin peut même examiner le bon fonctionnement de la vascularisation pulmonaire et le flux du liquide amniotique dans le système respiratoire. Il peut encore vérifier la circulation cérébrale et la comparer à la circulation ombilicale. Si ces deux circulations sont différentes, il diagnostique une souffrance fœtale. Ces examens permettent donc de détecter un certain nombre d’insuffisances et de savoir s’il faut faire naître le bébé avant qu’il présente des signes de souffrance ou tout au moins de préparer des soins immédiats après la naissance.

Des remboursements… à la pratique

Sont remboursées par la Sécurité sociale les trois échographies des premier, deuxième et troisième trimestres. Au-delà de ces examens, une entente préalable avec la Caisse d’assurance maladie est nécessaire. La demande doit être faite par le médecin qui suit la grossesse. D’une manière générale, une bonne échographie coûte cher et elle ne sera jamais remboursée en totalité. Cependant les gynécologues-accoucheurs ne sont pas tous d’accord sur le nombre indispensable d’échographies pour un bon suivi de la grossesse.
L’échographie du premier trimestre est la plus contestée.



fecondation, fécondation in vitro, placenta, foetus 4 mois, foetus 1 mois, attendre bebe, evolution foetus, contraception, attendre un bebe, placenta schéma.




3e echographie bebe tete en haut.