Sur le ventre, sur le côté, sur le dos, les positions pour coucher un bébé ont été une affaire de mode et d’époque. Tout cela est bien fini. Aujourd’hui, tous les médecins recommandent de coucher les bébés sur le dos. De nombreuses informations à ce sujet sont largement diffusées dans les maternités.
Qu’un tel détail, la position du coucher d’un bébé, mobilise autant de monde peut étonner.
Mais elle a été fréquemment impliquée dans les diagnostics de mort subite du nourrisson.
Cet accident, pratiquement imprévisible, est à l’origine de plus de la moitié des décès dans la première année de l’enfance.

Obligatoirement sur le dos

Bien que de multiples facteurs semblent mis en cause, de nombreuses études françaises et étrangères montrent que le couchage ventral multiplie les risques de 5 à 9, selon les cas.
Il semble que coucher un enfant de moins de 5 mois sur le dos, alors qu’il n’est pas toujours capable de se retourner, est un des premiers gestes de sécurité à adopter. Les médecins sont formels, il ne faut pas craindre le moindre risque d’étouffement par régurgitation.
La dernière étude faite par la recherche médicale confirme le bien-fondé de ce nouveau mode de couchage. Grâce à lui, on a vu chuter le taux de morts subites du nourisson de plus de 60 % en quelques mois. Certains pays qui ont adopté le couchage sur le dos avant nous affichent des résultats de plus de 70 %. Des campagnes régulières devraient inviter les parents à ne pas oublier ces règles élémentaires.

Les précautions à prendre

Ainsi, aujourd’hui, il est recommandé de faire dormir les nourrissons;
sur un matelas dur, sans oreiller ni couette. La bonne température
de la chambre est de 19 °C. Au-delà il est indisnensable d’humidifier  l’air de la pièce. Il est encore conseillé de ne pas installer le lit de bébé après d’une source de chaleur, radiateur ou fenêtre exposée au sud. Pour dormir, la tenue idéale d’un nourrisson est le surpyjama, le  pyjama couverture ou la turbulette. On peut, en cas de grand froid, ajouter éventuellement une couverture légère que l’enfant aura tout loisir de repousser s’il a trop chaud.  Vous pouvez encore vous équiper de matériel haute sécurité. Par exemple, un matelas avec une têtière aérée qui assure au  bébé une parfaite respiration, quelle que soit sa position pour dormir, ou encore, un système de petits coussins de forme triangulaire pour caler bébé dans la bonne position. Il existe aussi une version « cale-bébé » en forme d’ours.

Le Landau

Il doit à la fois être confortable pour le bébé et d’un encombrement compatible avec la taille des appartements d’aujourd’hui… Les points à surveiller:
– la profondeur, l’enfant plus grand devant y tenir assis sans risque de chutes;
– la suspension, assurée soit par des lanières de cuir, soit par des ressorts qui accrochent la nacelle au châssis, ne doit être ni trop dure ni trop souple.
Il est indispensable que le landau possède un système de freinage. La hauteur de la poignée doit permettre une conduite dos droit.
Le landau monobloc, dit anglais, est le plus chic et le plus encombrant. Les combinés, aujourd’hui, le remplacent. Moins confortables pour l’enfant, car moins grands, l’isolant moins bien de la pollution, leur
nacelle est transformable et leur châssis se replie. Ils s’utilisent ensuite, pour la plupart des modèles, en poussettes.
Normalement, le landau doit servir au bebe jusqu’à 6e ou 7e mois. Il n’est cependant pas indispensable.
Beaucoup de mères, surtout en ville, le remplacent avantageusement par un porte-bebe.

Le berceau

Qu’il soit acheté ou confectionné maison, il doit obéir à certaines règles: stabilité avec des piètements solides et bien écartés, et profondeur suffisante pour éviter au bébé un peu agité de passer par-dessus bord.
Pensez aussi aux problèmes d’entretien: pour la garniture, il est préférable de choisir des tissus lavables.
Le matelas sera plutôt dur, en crin végétal, en mousse ou à ressorts. Il
doit être parfaitement adapté à la taille du sommier, et l’enfant ne doit pas s’y enfoncer. Pour plus de commodité, vous choisirez des drapshousses pour le dessous; réservez toutes les fantaisies pour celui de dessus, en optant cependant pour un tissu qui peut bouillir. On peut aujourd’hui confectionner sans difficulté des draps-housses grâce à des systèmes automatiques vendus en mercerie.
Ainsi, quel que soit le matelas, ce confort est à votre portée.
Inutile d’acheter un oreiller, les bébés, aujourd’hui, se couchent bien à plat pour ne pas déformer leur colonne vertébrale. Côté couverture, bannissez les édredons et les couettes, l’enfant peut les tirer sur son visage et se trouver ainsi en très mauvaise posrtxxi.
De plus, garnis de plumes, ils sont souvent à l’origine de troubles allergiques. Les couvertures seront choisies en laine extrêmement légère, plutôt courtepointe, et tricotées main. Évitez l’angora et le mohair, deux matières qui peuvent entraîner des troubles respiratoires.