Vous deviez accoucher hier, et vous n’avez toujours pas la moindre contraction.
Pour l’instant, rien ne justifie vos craintes. En effet, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que l’on peut parler de dépassement de terme pour une grossesse qui se prolonge au-delà de 294 jours, soit 42 semaines d’aménorrhée. Sur la totalité des enfants nés « en retard », 45 % ne sont en rien différents des enfants nés
à terme, 45 % sont qualifiés d’hypermaturés (ils ont simplement « profité » du confort utérin). Seuls 10 % des enfants sont considérés comme nés après terme et ont réellement des problèmes.

Agir avec prudence

Le diagnostic de dépassement du terme n’est pas facile à formuler. Toutes les femmes n’accouchent pas précisément au bout de 38 semaines de gestation, chacune est réglée par son horloge interne. De plus, certains facteurs héréditaires semblent jouer. Statistiquement,
on s’aperçoit encore qu’un tiers des grossesses qui se prolongent sont primipares, c’est-à-dire que la future maman attend son premier enfant. Le retard découle souvent d’une imprécision totale du début de la grossesse. Le seul moyen de la dater, à plus ou moins 3 jours, reste l’échographie du premier trimestre (p. 64). Cette précision est essentielle lorsque ce n’est pas la même personne qui suit la future maman tout au long de sa grossesse.

Éviter la souffrance foetale

Le médecin doit déterminer s’il y a souffrance fœtale ; si c’est le cas, après contrôle par différents examens, il provoque l’accouchement. Les trois quarts des femmes enceintes accouchent ainsi pratiquement à la date normale où s’achève leur grossesse. Toutes les autres
bénéficient d’une surveillance particulière dès la fin de la 40′ semaine avec surveillance du rythme cardiaque et de l’état du liquide amniotique. L’échographie permet d’en évaluer la quantité. S’il diminue trop, l’enfant est en danger. Le médecin complète cet examen par une amnioscopie si le col de l’utérus est assez ouvert. Si le liquide est clair, aucun problème; par contre, si le liquide est verdâtre, cela signifie que l’enfant a émis ses premières selles de méconium, il faut intervenir. On demande également à la future maman de surveiller les
mouvements de son bébé. Si celui-ci ne bouge pas pendant 12 heures, on peut craindre une souffrance fœtale. D’une manière générale, on surveille attentivement le bébé, tous les deux jours, par les enregistrements de ses battements cardiaques. Si le dépassement excède 42 semaines, l’accouchement est alors déclenché, voire même avant si le col de l’utérus est ouvert, souple et court. Tout sera préparé pour accueillir un nouveau-né « à risque ». Si le bébé est vraiment en terme dépassé, l’accouchement par césarienne sera sans doute décidé par les médecins: en effet ces enfants sont généralement plus gros que la normale.

Un bébé en souffrance

C’est un enfant long, à la silhouette amaigrie, à la peau sèche et fripée;
1 n’a plus de vernix protecteur sur sa peau, ses cheveux et ses ongles sont longs. Son crâne est bien ossifié. Il naît en état de souffrance, souffrance due à une détresse neurologique ainsi qu’à une détresse respiratoire grave. Sa vie est fragile. Ces troubles ont sans doute pour origine le vieillissement du placenta, incapable de poursuivre sa tâche au-delà de la date pour laquelle il a été « programmé ».
Il ne peut plus nourrir, oxygéner et débarrasser le liquide amniotique des déchets rejetés par le bébé.
L’enfant, très vite, souffre de déshydratation. Il arrive même qu’il soit
victime de malaises en raison de carences en sucre et en calcium, mais
le plus redoutable pour lui est le manque d’oxygène. Plus l’enfant est
prisonnier longtemps, plus les risques s’aggravent.

Qui est en cause?

Pour les psychologues, mère et enfant peuvent être à l’origine de cette naissance différée. Parfois la mère, en n’osant exprimer ses craintes de accouchement, bloque tout mécanisme physiologique. D’autres futures mamans souhaitent prolonger leur état de maternité. Elles s’y sentent bien, elles ne souhaitent pas partager tout de suite le bébé qu’elles portent, elles ne sont pas pressées de faire connaissance avec le bébé qu’elles ont tant de plaisir à imaginer. Quelques paroles, l’incitation à exprimer leur angoisse et l’accouchement se déclenche. Mais il arrive aussi que le bébé ne semble pas vouloir sortir. Là aussi, quelques caresses naptonomiques, quelques encouragements par des mots tendres l’aident parfois à prendre sa décision.

Références de base

La durée de la grossesse est de 9 mois ou 275 jours à partir de la fécondation, date qu’il n’est pas toujours évident de définir très exactement. Pour la calculer, les Anglais ajoutent 40 semaines à la date de l’apparition des dernières règles. Autre pratique, approcher au mieux la date de la fécondation en déterminant celle de l’ovulation (qui concorde à 24 heures près), puis y ajouter 275 jours ou 9 mois. Mais la date de l’accouchement ne peut jamais être fixée à 1 ou
2 jours près (sauf en cas d’accouchement provoqué). Il faut tenir compte du fait que certains événements peuvent avancer la naissance: une émotion, un voyage fatigant ou même une simple grippe qui, en raison de la fièvre qu’elle occasionne, déclenche des contractions. La grossesse est dite anormalement prolongée lorsqu’elle continue au-delà du 295e jour d’aménorrhée. Mais la plupart des grossesses trop longues sont en fait dues à un mauvais calcul de leur terme. Elles ne sont graves que lorsqu’il y a souffrance foetale. Les enfants qui naissent « tard » sans avoir souffert sont généralement plus gros et plus grands que la normale.