C’est généralement au cours de la première échographie que le médecin révèle à la future maman qu’elle attend deux ou trois enfants (ou plus!). Ces grossesses peuvent provenir d’un, de deux ou de trois ovules et, selon le cas, donneront naissance à de vrais jumeaux, à de faux jumeaux ou à des triplés. Plus il y a d’enfants, plus les risques de naissance prématurée sont grands.

À grossesse exceptionnelle, surveillance exceptionnelle

Le déroulement de ces grossesses demande alors une attention toute particulière: surveillance médicale toutes les trois semaines jusqu’à 18 semaines d’aménorrhée, tous les quinze jours ensuite jusqu’à la 34e semaine, puis une fois par semaine. Dans la plupart des cas, il est souhaitable que ces dernières visites soient faites au domicile  de la future maman par une sage-femme. Beaucoup plus nombreuses que lors d’une grossesse normale, ces consultations permettent de prévenir les problèmes d’hypertension, trois à quatre fois plus fréquents dans ces grossesses, ou encore d’hydramnios (quantité excessive de liquide amniotique). On constate aussi des risques accrus de retard de croissance  des fœtus et des anomalies de l’insertion placentaire. A ces contrôles médicaux s’ajoute une échographie mensuelle, systématique, après 28e semaines d’aménorrhée. Elle est indispensable pour s’assurer de la bonne croissance des bébés.

Dans  le cas de grossesses gémellaires, les échographîes
sont mensuelles pour une surveillance optimale. Elles sont
intéressantes dès le début pour identifier les vrais et les faux
jumeaux et contrôler leur croissance.

Un repos mérité 

La grossesse gémellaire, ou triple et plus, demande un repos accru de la future maman et, si elle travaille, on lui conseille de s’arrêter dès la 24e semaine d’aménorrhée. Toutes ces précautions sont indispensables, notamment pour éviter une naissance prématurée (20 à 30 % des grossesses gémellaires ne dépassent pas la 32′ semaine d’aménorrhée). Il est parfois indispensable d’hospitaliser les futures mamans à mi-grossesse. L’accouchement se déroule le plus souvent avant terme et les deux (ou trois) bébés sont de petit poids. La moitié des jumeaux qui naissent pèsent moins de 2,5 kg à la naissance. Il n’est pas rare que la manière dont ils se présentent ou la position d’un membre ou d’un des cordons ombilicaux, entraîne des accouchements plus compliqués, de même que l’on note, souvent, un temps de travail plus long. L’expulsion du placenta, souvent fort volumineux, demande au médecin ou à la sage-femme d’être
particulièrement attentifs aux problèmes d’hémorragie. L’accouchement des grossesses multiples doit se pratiquer dans des maternités spécialisées.

La réduction embryonnaire

Bon nombre de grossesses multiples sont le résultat des stimulations
ovariennes et des fécondations in utero, ce sont donc des grossesses
multiples prévues et très surveillées médicalement.
Lorsqu’il y a trop d’embryons, les médecins proposent d’en éliminer un ou plusieurs, afin de permettre aux autres un développement meilleur, et de limiter les risques de grande prématurité. Médecins et psychologues encadrent les futures mamans confrontées à ce problème.
Cette technique de réduction embryonnaire est soumise à des
délais légaux, elle doit se faire avant la 12e semaine d’aménorrhée.

Grossesse à surveiller

La découverte de deux sacs gestationnels (enveloppes entourant l’embryon) n’est pas toujours suivie de la naissance de deux enfants. En effet, on constate parfois une réduction embryonnaire spontanée, au cours du premier trimestre de la grossesse, qui entraîne le développement normal et la naissance d’un seul enfant.
Dans le cas de jumeaux dizygotes (fécondation de deux ovules par deux spermatozoïdes), l’enfant vivant se développe normalement ; en cas de jumeaux monozygotes (fécondation d’un ovule qui se sépare en deux), le pronostic est plus réservé et le développement du jumeau survivant dépend avant tout de l’âge gestationnel.
Pourquoi les grossesses gémellaires donnent-elles heu à une naissance précoce ? Les médecins ont deux explications: la tension plus grande de l’utérus en raison d’un contenu plus important (à la 32′ semaine de grossesse, l’utérus d’une future maman attendant des jumeaux est le même que celui d’une femme à terme attendant un
seul enfant) et l’insuffisance des échanges placentaires.
Les accouchements prématurés sont plus fréquents si la grossesse ne fait pas l’objet d’un suivi spécifique comme une surveillance médicale à domicile ou un arrêt de travail précoce. Enfin, plus le diagnostic a été fait tardivement, plus il y a risque de prématurité.

Chacun son rythme

Les jumeaux, les triplés ou quadruplés poussent rarement de façon identique et l’on constate souvent une différence de poids et de maturation à la naissance. Cependant, in utero, le fœtus qui semble le plus fragile développe souvent plus rapidement (et avant celui qui va bien) son appareil respiratoire: en cas de naissance prématurée, ce n’est pas forcément lui qui sera le plus en difficulté.