Dans toute entreprise, il y a des risques



On a tellement dit que la grossesse n’était pas une maladie qu’aujourd’hui les futuri mamans ne savent plus se ménager. Et toutes les femmes revendiquent le droit de faire un bébé sans changer leur rythme de vie. Seulement, voilà, toutes n’ont pas la constitution pour résister et certaines grossesses demandent plus de précautions que d’autres. C’est ce que, médicalement, on appelle les grossesses pathologiques, soit une dix. Sous ce terme se cache essentiellement la crainte d’une naissance prématurée.
Aujourd’hui, le suivi de la maternité est tel que la plupart de ces complications sont détect très tôt pour le plus grand bien de la mère et de l’enfant, et seulement 5 % des futures mamans sont susceptibles d’accoucher prématurément.

Un diagnostic précoce

Sont aussi considérées comme grossesses à risque toutes les grossesses présentant des troubles de la croissance du fœtus, auxquels s’ajoutent des pathologies et des intoxications.
En effet, ces enfants peuvent souffrir à l’accouchement. Les femmes hypertendues diabétiques, cardiaques, souffrant de phlébite sont à suivre particulièrement.
Toute une batterie d’examens permettent d’établir très précocement un pronostic et de mettre en route une thérapie. Dans certains cas, l’hospitalisation est indispensable, dans d’autres, le suivi de la maternité se fait à domicile avec un personnel soignant spécialisé.
Certains départements français ont mis au point des équipes de sages-femmes spécialis qui visitent à domicile les futures mamans trois à quatre fois par semaine.

Les facteurs de risques

Font encore partie des grossesses à risque: les grossesses très rapprochées – soit moins d’un an après le premier enfant – et les grossesses nombreuses, notamment après le 4e ou le 5e enfant. Les grossesses de l’adolescentes, les grossesses gémellaires, grossesses des femmes ayant des conditions de vie ou de travail difficiles, des transports lo et pénibles ou ayant eu des grossesses antérieures compliquées nécessitent également et surveillance particulière. Plusieurs de ces facteurs s’additionnant, des examens permettent,
là encore, un pronostic et la mise en route d’une thérapie avec une hospitalisation ou le survit de la maternité à domicile.
Dans tous les cas, il est demandé à la future maman de se reposer et de rester allongée le plus longtemps possible dans la journée, voire totalement dans deux situations précises:
menace d’accouchement prématuré et risque de souffrance fœtale.

 

 



fecondation, fécondation in vitro, placenta, foetus 4 mois, foetus 1 mois, attendre bebe, evolution foetus, attendre un bebe, contraception, placenta schéma.